Witbe, les robots dénicheurs de pannes bientôt en Bourse


La société high-tech française veut conquérir l'Amérique grâce à ses robots qui imitent le comportement humain pour déceler les bugs des services bancaires, internet ou vidéo diffusés sur des plateformes numériques. D'où une levée de fonds de 8 millions d'euros lancée à l'occasion de son introduction en Bourse.    

IPO de Witbe

Consulter son compte sur une appli bancaire comme le client de BNP Paribas, regarder un épisode de Game of Thrones en VOD comme un téléspectateur américain, visiter un site Internet ou passer un coup de fil à un SAV… Les robots de la société high-tech française Witbe ont été conçus pour analyser la qualité des services délivrés par les opérateurs et les fournisseurs de contenus numériques comme un utilisateur humain. Un savoir-faire made in France basé sur des algorithmes propriétaires que la PME souhaite déployer à l’échelle mondiale, Etats-Unis en tête, grâce à son introduction sur la Bourse de Paris, prévue le 13 avril 2016 sur le marché Alternext.

Witbe, société internationale et rentable

« La rupture introduite par Witbe ? A la différence de la plupart des outils de qualité de service traditionnels… on se moque de la qualité de service. Nous nous intéressons à la réalité de l’expérience utilisateur en situation d’usage. Nos robots interagissent directement dans le système d’information, ils le mettent sous tension, et de l’observation, on va pouvoir tirer des conclusions pour détecter et identifier une panne avant que le client ne s’en aperçoive », résume Jean-Michel Planche, cofondateur et directeur général délégué de Witbe.

Cette approche a déjà séduit des opérateurs télécom (Orange, Telefonica Vodafone) ou de TV payante (Canal+, Comcast) sur les deux rives de l’Atlantique, mais aussi des groupes financiers (BNP Paribas, Société Générale, Generali). Un ancrage nord-américain (43% du CA 2015) qui n’est pas sans lien avec l’installation à New York des deux dirigeants – et époux à la ville – Marie-Véronique Lacaze et Jean-Michel Planche. Rentable et affichant une croissance annuelle moyenne de 17,5% sur la période 2012-2015, Witbe a réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 15,2 millions d’euros, en légère baisse de 2% par rapport à l’exercice précédent.

Déploiement des robots facilité

Le tassement de l’activité et de la profitabilité (la marge nette a décliné de 14,1% à 11,8% du CA entre 2014 et 2015) s’explique par la préparation de l’introduction en Bourse, le décès de l’ancien directeur commercial et par les efforts en R&D consentis pour faciliter le développement futur. Witbe met désormais à disposition de ses clients un centre de pilotage appelé Workbench qui permet de configurer le système Witbe à distance, d’écrire les scenarios joués par les robots sans compétences en code informatique requise et de déployer l’ensemble sur plusieurs types d’appareils (boitiers TV, mobiles, tablettes, PC) et pour plusieurs services en une seule opération. Cet outil a permis de réduire les temps de configuration de 30 à 3 minutes par robot et les délais de formation des utilisateurs de 2 semaines à 2 jours.

C’est grâce à cette plateforme que Witbe entend faire décoller ses ventes indirectes, jusque-là opportunistes, au travers de sociétés de services informatiques à l’image du partenariat conclu en 2015 avec le groupe indien Wipro. Trois autres axes de développement ont été identifiés : essor attendu aux Etats-Unis du marché de la supervision de l’expérience utilisateurs en TV/vidéo, lancement de l’activité Corporate (entreprises hors télécoms et TV) hors de France et déploiement commercial en Asie-Pacifique. Grâce à un modèle économique d’éditeur de logiciels, Witbe anticipe une amélioration sensible de sa rentabilité au cours des années à venir. Les analystes financiers des banques d’affaires en charge de l’introduction en Bourse anticipent une marge nette de 16,5% à 20,5% à l’horizon 2018.

Levée de fonds et sortie des actionnaires financiers

Pour ce faire, Witbe entend lever entre 6,8 et 9,2 millions d’euros (soit entre 5,6 et 7,9 millions d’euros après déduction des frais liés à l’opération) dans le cadre de l’introduction en Bourse. La moitié des capitaux collectés sera affectée au recrutement de commerciaux et 20% au financement d’outils d’aide à la vente et de campagnes marketing, en particulier sur les salons professionnels. Le solde (30%) vise à maintenir l’avance technologique de Witbe. A côté de cette augmentation de capital, une cession partielle (voire totale en cas de forte demande) de la participation des actionnaires financiers présents au capital est prévue.

A lire aussi sur les IPO
Introduction en Bourse : où va votre argent ?

Witbe : modalités de l’introduction en Bourse

Marché de cotation
Alternext Paris

Codes de l’action
Mnémonique : ALWIT
Code ISIN : FR0013143872

Fourchette de prix indicative
8,23 – 11,13 euros par action (prix médian : 9,68 euros)

Capitalisation boursière post-IPO
37,1 M€ au prix médian

Nature de l’opération
– Augmentation de capital (8 M€ en milieu de fourchette)
– Cession de titres existants : nombre maximum de 378 934 actions, pouvant être porté à 767 668 actions, en cas d’exercice intégral de la clause d’extension et de l’option de surallocation

Nombre de titres émis
826.447 actions ordinaires nouvelles à émettre

Eligibilité des titres
Compte-titres
PEA, PEA PME
ISF PME (non cumulable avec PEA ou PEA PME)

Calendrier de l’IPO
Mercredi 30 mars 2016 : visa de l’AMF sur le prospectus
Jeudi 31 juin 2016 : ouverture de l’offre
Mardi 12 avril 2016 : clôture de l’offre à 17 heures
Mercredi 13 avril 2016 : fixation du prix, 1ère cotation sur Alternext
Vendredi 15 avril 2016 : règlement-livraison des actions
Lundi 18 avril 2016 : début des négociations sur Alternext
Jeudi 12 mai 2016 : date limite d’exercice de l’option de surallocation