A partir de 2020, l’âge moyen de départ en retraite augmentera de plus d’un an


Plus de la moitié des assurés devraient décaler leur départ en 2014, d'après une étude de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav).

retraite-emploi-senior3

Dans une étude sur les effets de la réforme des retraites de 2010 pour le régime général, la Cnav prévoit que les effets du report de l’âge légal de départ de 60 à 62 ans devraient être « très rapides » .

Ainsi, « à peine trois ans après l’entrée en vigueur de la réforme, plus de la moitié des assurés devraient décaler leur départ » en retraite. A partir de 2018, ce sont 75% des assurés qui liquideraient leur retraite plus tard. En 2013, le décalage devrait être de 3 trimestres (9 mois) pour atteindre 6,6 trimestres (près de 20 mois) en 2023. L’âge moyen de départ à la retraite augmenterait d’environ 1,2 an à partir de 2020. En moyenne, « hommes et femmes reporteraient d’un délai identique leur départ en retraite », précisent les auteurs, Paul Beurnier, Julie Couhin et Nathanaël Grave, de la Cnav. A plus long terme, ce décalage sera lissé. Par exemple, les assurés partiraient en moyenne à 64,1 ans suite à la réforme à l’horizon 2040 contre 62,8 ans en moyenne sans la réforme. Soit un écart de 1,3 année.

Le relèvement de l’âge du taux plein de 65 ans à 67 ans aura un impact à partir de 2016, année où la première génération concernée par la réforme atteindra 65 ans.

Les salariés qui auraient pris leur retraite à 60 ans et qui rentrent dans le cadre du nouveau dispositif « carrières longues », ou ceux, moins nombreux, qui seraient partis en retraite au-delà du nouvel âge légal, avec ou sans décote, échapperont au report de la liquidation de la retraite prévu par la réforme.