Agirc-Arrco : 67% des Français contre un abattement avant 67 ans


 

Près de sept Français sur dix rejettent la mise en place d’un abattement dégressif entre 62 et 67 ans dans les retraites complémentaires du privé. Selon un sondage Ifop publié le 31 mai 2015 dans Le Journal du dimanche et réalisé auprès de 1.003 personnes âgées de 18 ans et plus, 67% des sondés se déclarent contre l’instauration de cette mesure proposée par le patronat pour restaurer les finances des régimes complémentaires Arrco (pour tous les salariés) et Agirc (pour les seuls cadres). Lors de la réunion paritaire de négociation sur l’Agirc-Arrco du 27 mai, les syndicats se sont montrés unanimement opposés à cette disposition qui se traduirait par une baisse de 40% de la pension complémentaire à 62 ans.

Dans une interview également parue dans le JDD du 31 mai, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger ne ferme,lui, pas totalement la porte. « Il est hors de question d’aller au-delà de 10% (d’abattement, NDLR), ce qui est déjà conséquent, et à condition que cela soit temporaire », a déclaré le chef de file de la centrale de Belleville. Une manière de dire en creux que la CFDT, qui souhaite conclure un accord en juillet, pourrait accepter un abattement en deçà de ce seuil. « Il faut pour cela que le patronat assume une part d’effort, que les employeurs contribuent financièrement au redressement », a, toutefois, prévenu Laurent Berger. En clair : OK pour une (petite) décote avant 67 ans, mais à condition qu’elle s’accompagne d’une hausse des cotisations.

 

A lire également :

Agirc-Arrco : « Les cadres ont le plus à perdre d’un abattement »