Agirc-Arrco : des retraites complémentaires peu rentables


Selon une étude du cabinet Novelvy Retraite diffusée le 22 septembre 2015, le taux de rendement des régimes de retraite complémentaire des salariés et des cadres est nettement moins élevé que celui d'autres régimes en points.    

Le taux de rendement de l'Agirc-Arrco se situe à 6,56% en 2015

Voilà un comparatif qui ne va pas faire l’affaire des partenaires sociaux. Alors que patronat et syndicats retournent le 16 octobre prochain à la table des négociations pour tenter de sauver les retraites complémentaires du privé, une étude présentée le 22 septembre 2015 par Novelvy Retraite montre que leur rendement figure déjà parmi les plus faibles des régimes complémentaires par points.

Or, l’une des pistes proposées par le Medef pour réduire les déficits de l’Arrco (le régime complémentaire de tous les salariés) et de l’Agirc (le régime complémentaire des seuls cadres) est d’augmenter de 3,5% le salaire de référence (l’assiette de cotisation) sans que cela ne génère de points supplémentaires, ce qui va abaisser de facto… le rendement.

Les salariés à la peine

Dans son étude, Novevly Retraite rappelle que le taux de rendement de l’Arrco et de l’Agirc se situe en 2015 à 6,56%. En d’autres termes, « pour 1.000 euros cotisés, l’assuré aura 65,6 euros de rente à la retraite », illustre le document. En réalité, le vrai rendement de l’Agirc-Arrco serait de 5,82% si l’on prend en compte la cotisation AGFF (Association pour la gestion du fonds de financement), souligne le cabinet d’expertise retraite.

Instaurée depuis 1983, cette cotisation obligatoire vise à permettre aux salariés qui disposent du nombre de trimestres requis dans le régime de base de bénéficier, à l’âge légal (62 ans), d’une pension Arrco et, s’ils ont le statut cadre, d’une pension Agirc sans décote (l’âge de départ est fixé à 67 ans à l’Agirc-Arrco). Toutefois, ce prélèvement ne génère pas à proprement parler de points supplémentaires. D’où les 5,82% calculés par Novelvy.

Les avocats en tête

C’est presque deux fois moins que le régime complémentaire des avocats qui, avec un rendement de 10,73% en 2015, se classe largement en tête des neuf régimes étudiés par le cabinet. On trouve ensuite le régime complémentaire des experts-comptables (8,98%). L’Ircantec, le régime complémentaire des agents non-titulaires de la fonction publique, arrive en troisième position avec un taux de 8,23%.

Au quatrième rang, figure la CIPAV, le régime complémentaire de la moitié des professions libérales (dont une partie des auto-entrepreneurs), avec un rendement de 7,80%. Il y a ensuite la CAVOM, le régime complémentaire des officiers ministériels (huissiers, administrateurs judiciaires…), à 7,26%. Les régimes complémentaires des commerçants (6,80%) et des médecins (6,20%) ferment la marche.

D’une manière générale, les régimes complémentaire qui affichent de bons rendements sont ceux qui ont eu la sagesse de se constituer des réserves au fil des années, mais surtout qui bénéficient d’une démographie favorable (plus de cotisants que de retraités). Un point sur lequel les partenaires sociaux ne peuvent pas compter pour l’Agirc-Arrco…