Agirc-Arrco : la CFE-CGC pour un report de la revalorisation au 1er octobre


 

Surprise : la CFE-CGC propose, dans un communiqué diffusé le 1er avril 2015, que l’indexation des retraites complémentaires du privé n’ait plus lieu le 1er avril mais le 1er octobre de chaque année. Le syndicat de l’encadrement, présent au conseil d’administration de l’Arrco (le régime complémentaire des salariés) et de l’Agirc (le régime complémentaire des cadres), ne précise pas s’il souhaite que la mesure soit instaurée dès octobre prochain. Si elle est appliquée à compter du 1er octobre 2016, cela entraînerait de facto un gel des pensions sur 6 mois et donc des économies pour les régimes, mais aussi une perte de pouvoir d’achat pour les retraités. C’est cette logique qui avait poussé la dernière réforme des retraites a décalé la date d’indexation des pensions de base du 1er avril au 1er octobre.

Cette proposition de la CFE-CGC intervient alors que va se tenir le 10 avril 2014 la troisième réunion de négociation entre partenaires sociaux pour restaurer les finances des régimes Agirc-Arrco. Outre le report de revalorisation au 1er avril, le syndicat préconise une hausse des cotisations patronales et salariales sur la tranche B de l’Agirc. Cette tranche correspond aux cotisations assises entre 1 et 4 fois le plafond de la Sécurité sociale (de 3.170 euros à 12.680 euros par mois).

Par ailleurs, la CFE-CGC s’oppose à la mise en place d’un abattement dégressif de 62 à 67 ans comme proposé par le patronat. En toute logique, le syndicat rejette également toute idée de fusion entre l’Arrco et l’Agirc, préconisée par le Medef et la CDFT, qui remettrait en cause le statut cadre. « Cela ne règle en rien la problématique du financement à moyen et long terme. C’est un écran de fumée ! », estime la CFE-CGC dans son communiqué.

 

A lire également :

La CFDT propose la création d’un nouveau régime de retraite complémentaire