Allocation équivalent retraite (AER) : la CGT dénonce l’ATS, dispositif « d’enfumage »


Le dispositif d'Allocation Transitoire de Solidarité (ATS) annoncé par Xavier Bertrand, ministre du Travail, sur RMC et BFM TV, dans le cadre du rétablissement de l'allocation équivalent retraite (AER) suscite la désapprobation de la CGT avant même la parution du décret d'application.

retraite, tract, cgt, aer, ats

L’ATS « s’apparente pour le syndicat, avant même son application, à un dispositif « d’enfumage » et de communication destiné à faire croire que le gouvernement se préoccupe des conséquences abruptes de la réforme des retraites  » pour les chômeurs âgés.

La centrale syndicale de Montreuil estime que « moins de 10 000 demandeurs d’emploi pourraient y prétendre d’ici à 2014, alors que le dispositif AER supprimé en 2010 couvrait plus de 60 000 demandeurs d’emploi par an et ce, jusqu’à l’âge de leur départ en retraite ».

La CGT dénonce en effet le caractère restrictif de l’ATS. « Il suffisait auparavant aux demandeurs d’emploi, quel que soit leur âge de justifier de 160 trimestres cotisés ou validés pour bénéficier de l’AER. Le dispositif s’adressera dorénavant uniquement aux demandeurs d’emploi nés entre juillet 1951 et décembre 1953 qui devront, en plus, justifier de 164 trimestres uniquement cotisés (et non validés) », déplore le syndicat selon lequel les femmes élevant des enfants, les salariés arrêtés (arrêt maladie, arrêt de travail) ou en invalidité seront « pénalisés ».

La CGT réclame par conséquent le rétablissement de l’AER « pour l’ensemble des demandeurs d’emplois âgés jusqu’au moment de l’ouverture des droits à la retraite ».