Ayrault refuse tout report de l’âge légal de départ en retraite


A la veille des concertations avec les partenaires sociaux lundi 26 et mardi 27 août 2013, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault n’a pas détaillé les pistes de réflexion du gouvernement sur la réforme des retraites à venir. Seule certitude, déjà évoquée à plusieurs reprises par François Hollande, « il n’est pas question de repousser l’âge légal de départ à la retraite », a déclaré dimanche 25 août le chef du gouvernement sur le plateau du Journal de 20 heures de France 2. Parmi les partenaires sociaux, le Medef milite pour un report de 62 à 63 ans dès 2020. L’âge légal de départ est fixé à 62 ans à partir de la génération 1955 depuis la réforme Woerth de 2010.

Jean-Marc Ayrault a en revanche refusé de préciser davantage le contenu de la réforme à venir. « Je veux écouter les partenaires sociaux » a-t-il expliqué au sujet d’une hausse éventuelle de la CSG ou d’un allongement de la durée de cotisation pour financer les régimes de retraite des salariés (Cnav) et affiliés (RSI, MSA salariés). Ces régimes présentent un besoin de financement évalué à environ 7 milliards d’euros à l’horizon 2020.

Le Premier ministre a cependant évoqué la volonté de parvenir à un « équilibre » entre « les actifs, du public comme du privé, les retraités mais aussi les entreprises » sur l’effort financier demandé. Les arbitrages définitifs devraient être rendus dans les prochains jours, après les ultimes concertations avec les partenaires sociaux.

La réforme des retraites doit être présentée le 18 septembre prochain en Conseil des ministres. Outre les questions budgétaires, le projet de loi devrait aborder les questions de pénibilité et d’inégalités entre homme et femme.