Carrières longues : « Incertitude sur l’attitude des régimes de retraite complémentaire Arrco et Agirc » (Maximis Retraite)

Partagez

retraite, maximis, grimaud, decret

Emmanuel Grimaud, président-fondateur de Maximis Retraite, société spécialisée dans les bilans retraite et l'optimisation des fins de carrières, se réjouit de l'extension du dispositif « carrières longues » annoncé par la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine. Il demande cependant des éclaircissements sur les modifications apportées par le décret, notamment sur les conditions de validation des trimestres.

Toutsurlaretraite.com : Quelles sont les nouveautés apportées par l'extension du dispositif « carrières longues » annoncée mercredi 6 juin par la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine ?

Emmanuel Grimaud : L'annonce de la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine de revenir sur la condition de cotiser deux années supplémentaires pour pouvoir partir en retraite à taux plein est stupéfiante. L'élargissement du dispositif carrières longues à ceux qui ont validé 4 à 5 trimestres à 20 ans concernera plus de 110.000 personnes selon le ministère mais probablement plus pour nous. On se posait de nombreuses questions, notamment sur l'avancée pour les femmes dans le domaine des retraites et nous étions assez curieux de voir quelles seraient les modalités de ce décret.

Beaucoup de nos clients qui ont entre 50 et 60 ans sont concernés. Les bénéficiaires de ce décret ne seront pas les femmes car elles sont très minoritaires dans les départs anticipés. La majoration pour enfants de 8 trimestres ne leur sera pas attribuée ; seuls 2 trimestres pour les mères de famille seront comptés au titre de la maternité. L'extension du dispositif carrières longues concernera les ouvriers, employés mais également des cadres.

Ce décret va permettre à beaucoup de personnes de partir en retraite plus tôt. Ces dernières se posent de nombreuses questions à en voir les problèmes rencontrés par le site de l'assurance retraite, qui ne fonctionnait plus le lendemain de cette annonce. Beaucoup de nos clients n'ont pas très bien compris cette annonce. La majorité d'entre eux est persuadée de pouvoir partir dès 60 ans. Ils appellent beaucoup l'assurance retraite qui reste tenue à la communication du ministère. Preuve que certaines questions subsistent.

Quelles sont les incertitudes planant sur les modalités du décret ?

Concernant les deux trimestres supplémentaires réputés cotisés au titre du chômage et de la maternité, nous nous posons plusieurs questions. Par exemple, qu'en est-il des femmes qui n'ont pris qu'un seul trimestre de congé maternité, vont-elles bénéficier quand même de ces deux trimestres ? Autre zone d'ombre, quelle attitude vont adopter les régimes de retraite complémentaire, l'Arrco (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) et l'Agirc (Association générale des institutions de retraite des cadres) ? L'Arrco devrait s'aligner sur le régime de retraite de base mais des doutes pèsent sur la réaction de l'Agirc. Dès cet été, les personnes pourront déposer leur dossier de retraite mais avec l'incertitude d'éventuels abattements de la part des complémentaires. Nous sommes en attente des négociations entre les partenaires sociaux.

Quel peut être l'impact de ces changements sur les pensions des futurs retraités ?

Sur le niveau des pensions, les retraités auront validé moins de salaire mais ils auront atteint le taux plein. Or, tout ce qui est cotisé entre l'âge du taux plein et celui de l'âge légal de départ à la retraite ne donne pas droit à une surcote. Avant, une personne née en 1952 qui avait cotisé 164 trimestres à 60 ans pouvait liquider sa retraite à 60 ans et 9 mois sans pour autant voir sa pension augmenter.

Ces 9 mois d'écart influent simplement sur la moyenne des salaires des 25 meilleures années, qui sert de base au calcul des pensions de retraite. La perte subie par les pensionnés est la baisse de cette moyenne, avec un effet marginal sur le montant des pensions de base mais également moins de points de retraite complémentaire. Le passage à 62 ans faisait augmenter les pensions de 5 à 17%, le retour en arrière fera perdre autant.

En savoir plus
>> Le décret carrières longues en 10 questions-réponses 

 
L'ASSURANCE VIE plus rentable que le LIVRET A !
Trouvez l'assurance vie adaptée à vos besoins - devis gratuit

 

Réseaux Sociaux