Chômage : les seniors prêts à des sacrifices pour retravailler


Alors que le chômage des plus de 50 ans ne cesse d'augmenter, les seniors sont prêts à tout pour retrouver un emploi. S'ils peinent à réintégrer le marché du travail, leur expérience et leur réseau sont appréciés des recruteurs.    

Pour retrouver du travail, les seniors sont prêts à tout, y compris changer de métier.

Pour sortir du chômage, les seniors sont prêts à toutes les concessions. C’est ce que révèle une étude de l’Institut français des seniors (IFS) publiée le 1er avril 2015 en marge du salon des seniors qui se déroulera du 9 au 12 avril à Paris. L’étude révèle que, pour retrouver un emploi, 88% des seniors interrogés élargissent leurs recherches à des postes différents, 53% seraient prêts à déménager, 69% à changer de métier et 77% accepteraient une rémunération moindre. Et pour cause : les sondés affirment être en recherche d’emploi depuis en moyenne deux ans. Selon les derniers chiffres publiés le 25 mars dernier par la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), 828.900 seniors sont inscrits à Pôle Emploi en tant que chômeurs de la catégorie A, soit 0,7% de plus qu’au mois de janvier. Toutes catégories confondues (A, B et C), le nombre de demandeurs d’emploi de plus de 50 ans s’élève à 1,18 million, en hausse de 9,9% sur un an.

Expériences et réseau appréciés

La recherche d’emploi est d’autant plus difficile pour les seniors qu’ils se sentent discriminés (84%) face à leur âge durant les entretiens d’embauche. Point surprenant de l’étude : un peu plus du tiers seulement des sondés font appel à leur réseau professionnel. La majorité des seniors continuent de chercher un emploi via les canaux classiques tels que Pôle Emploi (79%) et les petites annonces (60%).

Toutefois, si les seniors peinent à réintégrer le marché du travail, les recruteurs apprécient leur expertise (78%), la diversité de leurs expériences (76%) mais aussi… leur réseau (28%).

Le cumul emploi-retraite, un complément de revenu

Parmi les bénéficiaires du dispositif de cumul emploi-retraite qui permet de cumuler une pension et une activité, 93% le font, sans surprise, pour se constituer un complément de revenu, selon l’étude de l’IFS. Cependant, pour 74% d’entre eux, c’est le désir de se rendre utile qui prévaut. Les seniors qui profitent de ce dispositif sont partis à la retraite en moyenne à 59,8 ans, « avant l’âge légal (62 ans, Ndlr) ce qui peut justifier pour certains le choix de poursuivre sa carrière sous le mode d’un cumul emploi-retraite », analyse l’IFS. Pour preuve, la moitié des sondés ont signé un contrat chez un autre employeur. Toutefois, si les seniors sont prêts à retourner au travail, ce n’est qu’à temps partiel (81%).

 

A lire également :
Agirc-Arrco : le déficit global multiplié par 2 en 2014
Cnav, la retraite de base des salariés
Les nouveautés pour les retraités en 2015