Chômeurs seniors : le décret de l’AER devrait être publié « dans les prochains jours »


Promis par le Premier ministre pour le 1er mars, le décret instaurant une prestation similaire à l'allocation équivalent retraite devrait bientôt paraître. Les chômeurs ayant assez cotisé mais trop jeunes pour partir à la retraite vont pouvoir toucher 1.030 euros par mois.

jean-marc ayrault, aer

 

Le cabinet de Jean-Marc Ayrault a assuré à Toutsurlaretraite.com que le décret, visant à créer une prestation destinée à compenser la suppression de l’allocation équivalent retraite (AER), va être publié au Journal Officiel « dans les prochains jours ». Il était temps : le chef du gouvernement avait promis devant les sénateurs, le 24 janvier, que le décret entre en application au 1er mars 2013.
En dépit de ce retard, « l’effet sera rétroactif au 1er mars », affirme-t-on au cabinet du Premier ministre où l’on ajoute que « le texte ne sera pas différent de ce qu’a annoncé Jean-Marc Ayrault ». Le locataire de Matignon s’est ému du sort des chômeurs qui ont assez cotisé pour partir à la retraite mais ne le peuvent pas, n’ayant pas atteint l’âge légal.

Problème de signature

Jusqu’au 1er janvier 2009, ces derniers disposaient d’une allocation équivalent retraite (AER). Mais l’AER a été supprimée par le gouvernement Fillon et remplacée le 1er juillet 2011 par l’allocation transitoire de solidarité (ATS). Problème : les conditions d’accès à l’ATS sont tellement drastiques que seulement « quelque centaines de personnes », selon Jean-Marc Ayrault, en bénéficieraient. Les infortunés restants – « plus d’une dizaine de milliers de personnes » d’après le chef du gouvernement – arrivent en fin de droit et doivent se contenter des minimas sociaux (RSA, ASS). D’où l’idée d’instaurer une prestation sociale équivalente au montant de l’AER (1.030 euros par mois).
Selon des rumeurs, le décret pourrait davantage s’inspirer de l’ATS que de l’AER. Matignon dément : « l’objectif du décret est justement de palier aux limites de l’ATS », souligne-t-on au cabinet du Premier ministre. Le retard de publication serait juste dû à un banal problème de « silo » de signatures. Pas sûr en revanche que le décret, en plus des générations 1952 et 1953, concerne les chômeurs nés en 1954, comme le réclame l’association Défense AER, regroupant 300 membres et qui a été la première à dénoncer les conséquences quelque fois dramatiques de la suppression de l’AER.