Comité de pilotage des régimes de retraite (Copilor) : une première réunion « sous tension » estime la CGT


Le Comité de pilotage des régimes de retraite (Copilor), en charge de la surveillance de la situation financière, s'est réuni pour la première fois mardi 31 mai 2011. Les premières divergences sont apparues entre les syndicats et le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé.

La loi portant réforme des retraites du 9 novembre 2010 a donné naissance au Comité de pilotage des régimes de retraite (Copilor), chargé de surveiller la situation financière de ces régimes et les conditions dans lesquelles s’effectue le retour à l’équilibre. La réunion d’installation s’est déroulée le mardi 31 mai 2011 en présence des organisations syndicales et patronales.

Lors de ce premier rendez-vous, excepté la CFE-CGC, toutes les organisations non patronales « ont réaffirmé leur hostilité à une réforme injuste et inefficace », explique la CGT dans un communiqué. Les premières discussions sur l’adoption d’un avis portant sur la situation financière des régimes et sur la réalisation de l’objectif d’équilibre en 2018 entre Xavier Bertrand, ministre du travail, de l’Emploi et de la santé et les syndicats ont achoppé. La CGT et la CFDT ont fait savoir au cours de cette réunion qu’elles voteraient contre. La Direction de la Sécurité sociale a donc renoncé à faire adopter l’avis.

Des indicateurs « au plus près de la situation réelle des retraités »

Ce comité a également pour mission le suivi de la réalisation des objectifs du système de retraite par répartition, notamment le respect des principes d’équité intergénérationnelle et de solidarité intra-générationnelle, la progression du taux d’emploi des plus de 55 ans et la réduction des écarts de pension entre les hommes et les femmes.

Dans une déclaration, la CGT a exprimé son point de vue sur les indicateurs de suivi sur lesquels doit s’appuyer le Copilor. Le syndicat considère que ces indicateurs doivent se situer « au plus près de la situation réelle des retraités ». Concernant le niveau de vie, le syndicat souhaite « que soient mis à disposition du comité les taux de remplacement du salaire d’activité par la pension de retraite et leurs évolutions ». La CGT conteste l’approche par la moyenne des revenus (revenus patrimoniaux compris) « qui masque l’existence de très faibles pensions pour une majorité de retraités. »

A propos de cette réunion d’installation, Xavier Bertrand a indiqué de son côté qu’elle avait été « l’occasion de faire le point sur l’adoption des mesures d’application de la loi et sur la préparation des régimes de retraite dans le cadre de l’application de cette réforme, notamment en termes d’information des assurés ».

En savoir plus :
>> Le rôle du comité de pilotage des régimes de retraite (Copilor)
>> La déclaration de la CGT sur la première réunion du Copilor (Ouverture dans une nouvelle fenêtre)