Compte pénibilité : près de 60% des Français opposés au report partiel


Selon une enquête publiée le 3 juillet 2014, 58% des sondés sont contre l'entrée en vigueur en deux temps du compte personnel de prévention de la pénibilité qui va permettre à certains salariés à la retraite avant 62 ans.    

un atelier

Une majorité de Français sont contre le report partiel du compte personnel de prévention de la pénibilité, annoncé par le Premier ministre Manuel Valls. Dans une enquête diffusée le 3 juillet 2014 et réalisé auprès de 967 personnes âgées de 18 ans et plus par OpinionWay pour le compte de LCI et du cabinet Tilder, 58% des sondés se déclarent opposés à l’entrée en application en partie différée de ce dispositif instauré par la dernière réforme des retraites. Une mesure qui va permettre aux salariés travaillant dans des conditions pénibles de notamment partir plus tôt à la retraite.

 

Sur les dix facteurs de pénibilité de référence, seuls quatre (travail de nuit, travail à la chaîne, travail en trois-huit, travail en caisson hyperbare) vont être pris en compte au 1er janvier 2015. Les six autres (port de charges lourdes, environnement bruyant, exposition à des agents chimiques dangereux…) devraient entrer en vigueur seulement à partir de 2016. Pour les syndicats, cet étalement dans le temps a été perçu comme un gage du gouvernement donné au patronat alors que le Medef menaçait de ne pas participer à la conférence sociale des 7 et 8 juillet prochains si la mise en place du dispositif n’était pas repoussée.

 

Les plus sceptiques… n’auront pas accès au compte pénibilité

Avec 67% d’opinions défavorables, ce sont les fonctionnaires qui se montrent les plus opposés au report. Un résultat étonnant sachant que les agents publics n’auront pas accès au compte pénibilité. Il existe en effet déjà dans la fonction publique une catégorie dite « active » qui regroupe des agents dont les conditions de travail sont jugées difficiles (policiers, pompiers, surveillants de prison…) et qui, en contrepartie, peuvent partir à la retraite dès 57 ans.

 

Les indépendants (artisans, commerçants, chefs d’entreprise) arrivent en deuxième position avec 61% de réponses négatives. Pourtant, eux-aussi n’ont pas droit au compte pénibilité au motif cette fois-ci qu’ils sont leur propre employeur et que c’est à eux de faire en sorte de ne pas travailler dans des conditions pénibles. On peut penser que cette opposition relève plutôt chez ces « petits patrons » du souhait d’un report complet, voire d’une suppression totale, du dispositif qui les effraie de par sa lourdeur et sa complexité.

Les retraités qui, par définition, ne vont pas bénéficier de la retraite anticipée offerte par les comptes pénibilité arrivent au troisième rang des mécontents du report partiel avec 57% de réponses négatives. Enfin, les salariés du privé, pourtant concernés au premier chef, ferment la marche avec 52% d’opinions défavorables.

 

A lire aussi :

Compte pénibilité : les points doublés dès 58,5 ans