Cotisations retraite : 25 ans d’erreurs pour les chômeurs


Une erreur informatique datant de 1984 a faussé le calcul du nombre de trimestres des salariés s'étant retrouvés au chômage.

Depuis 1984, la Caisse nationale d’assurance-vieillesse (CNAV) surestime le nombre de trimestres de cotisation retraite des chômeurs. En effet, à cette date, des paramètres erronés ont été installés dans le programme informatique faisant le lien entre l’assurance-vieillesse et l’assurance-chômage. Depuis, ce dernier n’effectue pas les bons calculs.

Dans la procédure normale, les chômeurs bénéficient d’un trimestre de cotisation retraite pour 50 jours de chômage indemnisé. Mais l’erreur informatique leur a compté un trimestre de cotisation dès le premier jour de chômage, au lieu du 50e jour, 2 trimestres dès le 51e jour, au lieu du 100e jour, etc.

L’Unedic conservant ses fichiers 10 ans, le nombre de personnes ayant bénéficié de cette erreur ne pourra donc pas être connue avec exactitude. Selon Les Echos, qui révèlent l’affaire, 1 million de personnes seraient concernés. Le coût de cette erreur se chiffrerait à 300 millions d’euros depuis le début, et à 40 millions l’an passé, soit « 0,04 % du coût des pensions versées » indique le quotidien.

Le ministre du Travail, Brice Hortefeux, et celui du Budget, Eric Woerth, ont demandé à la direction de la CNAV, de procéder aux rectifications des dossiers encore disponibles et à l’information du public sur cette erreur. Cependant, les retraités et les salariés de plus de 53 ans ne devraient pas voir leurs trimestres recalculés.