Coût de la dépendance : 157 euros par ménage et par an


 

La perte d’autonomie coûte cher aux Français. L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) versée par les conseils généraux aux personnes âgées dépendantes représente un coût moyen de 157 euros par an et par ménage, selon une étude publiée le 2 décembre 2014 par Cap Retraite, un cabinet de conseil spécialisé dans l’hébergement en maison de retraite.

L’enquête réalisée à partir de données publiques montre un grand écart de financement entre les départements. Plus la proportion de personnes âgées y est importante et plus le coût est logiquement élevé. Les recettes fiscales comptent aussi. Le poids de la dépendance porté par les ménages sera d’autant plus faible que le département dispose de moyens financiers importants. Les habitants de l’Essonne « dépensent » ainsi seulement 78 euros par ménage et par an tandis que cette moyenne grimpe à 375 euros pour les habitants de la Creuse.

Quelque 8% des 60 ans et plus perçoivent l’APA. Son budget s’élève aujourd’hui à 5,5 milliards d’euros et pourrait doubler d’ici 2040 pour atteindre 11,2 milliards d’euros. Sa part dans la richesse nationale augmentera alors de 0,26 à 0,6 point. « L’Etat français et ses départements doivent donc anticiper ce surcoût, dès à présent », estime Cap Retraite. D’autant que le projet de loi sur le vieillissement adopté à l’Assemblée et qui devrait être examiné début 2015 au Sénat prévoit un relèvement de l’APA à domicile destinée au maintien des personnes dépendantes chez elles à compter du 1er juilet 2015.

Le cabinet préconise notamment de repousser au-delà de 60 ans l’accès à l’APA, de prendre en compte le niveau de ressources et la situation maritale et familiale du demandeur. Le cabinet milite également pour davantage d’incitation à la souscription d‘assurances dépendance privées, « voire les intégrer aux systèmes de protection sociale des fonctionnaires ou des grandes sociétés afin qu’un socle de personnes puisse d’ores et déjà bénéficier d’une solution anticipée ».

 

A lire aussi :

Dépendance : « On reste au seuil de la porte »