Cref : la baisse des rentes entérinée ce 18 novembre


 

Jour funeste pour les fonctionnaires retraités. Ce 18 novembre 2014 va se tenir, dans l’après-midi, l’assemblée générale extraordinaire de l’Union mutualiste retraite (UMR) qui va officialiser la baisse des rentes servies par le régime R1 de l’ex-Complémentaire de retraite de l’Education nationale et de la fonction publique (Cref). A compter du 1er janvier 2015, les 108.606 sociétaires de ce régime de retraite supplémentaire, aujourd’hui fermé et dont la gestion a été transférée en 2002 à l’UMR, vont subir une minoration de 30% de leurs rentes.

Cette décision découle du manque de réserves du R1 souscrit essentiellement par des enseignants aujourd’hui à la retraite. Ce défaut de provisionnement s’explique à la fois par la chute des taux d’intérêt qui pèse sur la rentabilité des placements et par les nouvelles règles prudentielles européennes qui obligent l’UMR à davantage provisionner alors que le R1 ne reçoit plus de cotisations. A l’issue de son conseil d’administration organisé le 15 novembre 2014, le Comité d’information et de défense des sociétaires du Cref (CIDS) a décidé d’attendre les conclusions de l’AG de l’UMR pour déterminer s’il engageait ou non une action en justice à l’encontre de la mutuelle.

Outre la baisse des rentes du R1, devrait également être entériné ce 18 novembre le report du versement des rentes du R2, rebaptisé Complément de retraite mutualiste (Corem), à partir de 62 ans et non plus à partir de 60 ans comme aujourd’hui. Par ailleurs, le taux technique, c’est-à-dire le rendement escompté, va diminuer de 2,3% à 1,5%. Contrairement au R1, le Corem est toujours ouvert à la souscription et plus seulement aux seuls fonctionnaires. Selon le rapport annuel 2013 de l’UMR, ce régime, qui compte 334.339 sociétaires, a accueilli 8.244 nouveaux adhérents l’an dernier.

 

A lire aussi :

Cref : « Les sociétaires ont perdu 50% de pouvoir d’achat en 15 ans »