Décret sur la retraite à 60 ans : « une question politique ? »


Présenté en Conseil des ministres le mois dernier, le décret sur la retraite à 60 ans a été publié le 3 juillet 2012 au Journal officiel. Lors de la présentation du 1er Baromètre de l'information retraite par Toutsurlaretraite.com et Simul-retraite.fr, les intervenants se sont accordés à dire que la dimension politique de la mesure avait occulté les impératifs économiques.

retraite décret baromètre

S’arrêter de travailler à 60 ans, une question politique ? L’économiste Nicolas Bouzou, vice-président du Cercle Turgot, et Emmanuel Grimaud, président de Maximis et expert en bilan retraite, déplorent que les impératifs économiques soient toujours relégués au second plan quand il s’agit de retraite. Le 1er baromètre de l’information retraite révèle que 77% des Français se sentent perdus dans la gestion des retraites. Sur le plan économique, ce manque d’information complique la prise de décisions efficaces.

« Quel est le bon âge de départ en retraite ? C’est celui qui ramène le déficit à zéro ! » (N. Bouzou)

Pour Nicolas Bouzou âge de la retraite et pénibilité ont été abusivement confondus lors du débat des retraites. Selon l’économiste, il est nécessaire de différencier l’âge du départ à la retraite en fonction des métiers, cependant ce n’est pas à l’Etat de s’en charger. « Ce n’est pas à la voie réglementaire qu’il faut s’en remettre, mais aux partenaires sociaux » considère-t-il. Si l’Etat traite la question du régime des retraites, la politique prend le pas sur les implications économiques. Le décret sur la retraite à 60 ans en est l’illustration directe selon l’économiste, qui se déclare ouvertement contre cette réforme.

Emmanuel Grimaud souligne que les Français ont aujourd’hui les retraites les plus élevées d’Europe et que les dépenses sociales constituent aujourd’hui le premier poste de dépenses en France. « La France n’est pas un pays dans lequel on fait des réformes » insiste l’expert en bilan retraite. Le décret sur la retraite à 60 ans est la porte ouverte aux déficits publics, le risque principal étant la faillite des régimes sociaux, selon lui. Or, il fait valoir qu’il existe des alternatives susceptibles de satisfaire à la fois les dimensions sociales et économiques de la question du régime des retraites.

Le président de Maximis défend en effet un système universel de retraite par points, dans lequel « un point aurait la même valeur selon l’âge et l’ancienneté ». Le baromètre de Toutsurlaretraite.com révèle que 30 à 40% des Français sont intéressés par un schéma différent de pension de retraite.

« L’ignorance est la principale responsable ! » (N. Bouzou)

Pour autant, recourir à l’épargne retraite suscite toujours la méfiance des Français, alimentée par le déficit d’information et la complexité du système, explique Nicolas Bouzou.

L’économiste parle même d’une « certaine paranoïa » des Français, 76% d’entre eux ne faisant pas confiance à leur banque et à leur compagnie d’assurance d’après le baromètre. Changer le régime des retraites et proposer un système par recapitalisation, « c’est affoler les gens » selon lui.