Dépendance : les plafonds de l’APA bientôt revalorisés de 100 à 400 euros par mois


Les plafonds d’aide mensuels de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) vont être revalorisés de 100 à 400 euros par mois, a annoncé Jean-Marc Ayrault à l’occasion d’une visite à Angers organisée le 12 février 2014. Ce « coup de pouce » constitue l’une des mesures du projet de loi pour « l’adaptation de la société au vieillissement » qui sera présenté en conseil des ministres le 9 avril 2014 a déclaré le chef du gouvernement, en présence de la ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine et de la ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie Michèle Delaunay.

L’APA est une allocation versée par les départements aux personnes de plus de 60 ans ayant besoin d’une aide pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie (se lever, se laver, s’habiller, manger, marcher). Son montant ne dépend pas des ressources de l’allocataire mais de son degré de perte d’autonomie. En augmentant le plafond, le gouvernement souhaite réduire le reste à charge, c’est-à-dire ce qui reste à payer aux personnes dépendantes pour l’emploi d’une aide à domicile. « Nous souhaitons favoriser au maximum le maintien à domicile des personnes âgées. C’est d’ailleurs ce qu’elles veulent », a confirmé Marisol Touraine sur France Inter jeudi 13 février.

En outre, une aide au « répit » des aidants va être créée. « D’un montant qui pourra aller jusqu’à 500 euros annuels au-delà du plafond de l’APA, cette aide permettra par exemple de financer sept jours de séjour dans un hébergement temporaire », a évoqué Jean-Marc Ayrault à Angers. Une autre aide financière va être instaurée pour aider les âgés les plus modestes à adapter leur logement à la perte d’autonomie, via notamment le développement de la téléassistance.

L’ensemble de ces aides sera financé par les 650 millions d’euros issus de la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (Casa), la taxe de 0,3% prélevée depuis le 1er avril 2013 sur les pensions des retraités assujettis à la CSG à taux plein (soit la moitié des pensionnés français). Le second volet du projet de loi, qui n’a pas encore été dévoilé, sera consacré à l’amélioration de l’accueil dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

 

Sur l’allocation personnalisée d’autonomie
Dépendance : 2 millions d’allocataires à l’APA en 2040
L’APA pas prise en compte dans le calcul du minimum vieillesse