Encore 8.000 retraites en retard dans le Nord et le Languedoc


Malgré la mise en place de dispositifs exceptionnels, le nombre de nouveaux retraités sans pension se résorbe très lentement en Nord-Picardie et en Languedoc-Roussillon. La ministre des Affaires sociales a commandé un audit pour trouver rapidement des solutions au problème.    

8.000 nouveaux retraités sans pension dans le Nord et le Languedoc

Ca ne s’arrange pas. En dépit des efforts entrepris, le stock de dossiers de demande de retraite en retard en Nord-Picardie et en Languedoc-Roussillon n’est toujours pas résorbé. Selon un communiqué du ministère des Affaires sociales diffusé le 24 février 2015, 8.000 nouveaux retraités affiliés aux Caisses d’assurance retraite et de santé au travail (Carsat) des deux régions n’avaient toujours pas reçu leur première pension à la mi-février.

Certes, ils étaient 12.000 dans ce cas début janvier. Il n’empêche, le rythme n’est pas jugé assez rapide par le ministère, alors même que des mesures exceptionnelles ont été mises en place. Outre les départs massifs à la retraite des « baby-boomers », la région Nord-Picardie, très industrialisée, doit faire face à l’augmentation des retraites anticipées pour « carrière longue ». Quant à la Carsat du Languedoc-Roussillon, le problème résulte plutôt du nombre important de carrières heurtées, plus difficiles et donc plus longues à liquider par les services de la caisse.

Des dossiers transférés

Depuis le 25 janvier, les pensions sont versées dans les deux régions même s’il manque des pièces au dossier de demande de retraite. Des dossiers ont été transférés vers les caisses de Paris, Dijon, Nancy, Rouen, Nantes et Limoges, moins débordées. 

La Carsat de Nord-Picardie a mis en ligne sur son site internet un formulaire de réclamation pour permettre aux nouveaux retraités d’exposer leur situation. Près de 2.000 personnes, en proie à des difficultés financières, ont reçu l’aide exceptionnelle de 800 euros promise le 18 décembre dernier par la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine.

Une mission de contrôle

Cette dernière va rencontrer le 25 février Pierre Mayeur, le directeur de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) qui chapeaute les Carsat « afin qu’il mobilise toutes ses ressources pour résorber cette situation dans les plus brefs délais. »

Par ailleurs, la ministre a confié à l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) une mission de contrôle « urgente » sur ces retards de paiement, dont les premiers résultats devraient lui être remis dans deux semaines. « Cette mission est chargée d’examiner l’efficacité des mesures prises pour un retour rapide à la normale, de proposer des solutions complémentaires pour mettre un terme à cette situation et de formuler des préconisations pour éviter qu’elle ne se reproduise », précise le communiqué.

 

A lire aussi :

« Nous sommes confrontés à un nouveau pic de demandes de retraite »