François Bayrou rétablira l’âge de la retraite à taux plein à 65 ans


François Bayrou, candidat du Modem à l'élection présidentielle de 2012, veut revenir sur la réforme des retraites de 2010 en rétablissant l'âge du taux plein automatique à 65 ans alors qu'il est actuellement porté progressivement à 67 ans, explique Jean-Marie Vanlerenberghe, sénateur Modem du Pas-de-Calais sur le site Capital.fr.

retraite, françois, bayrou, modem, election, presidentielle, 2012, age, taux, plein

Lors des débats sur la réforme des retraites fin 2010, François Bayrou avait déjà exprimé son désaccord sur le report de l’âge d’annulation de la décote de 65 à 67 ans. Il estimait en effet qu’on ne pouvait pas comparer les années situées entre 60 et 62 ans et celles situées entre 65 et 67 ans parce que l’on n’affichait pas la même santé à ces âges.

Le candidat centriste à l’élection présidentielle 2012 resterait donc sur la même ligne de conduite s’il était élu, affirme Jean-Marie Vanlerenberghe, sénateur Modem du Pas-de-Calais et vice-président de la commission des affaires sociales du Sénat, dans une interview sur le site Internet Capital.fr. « Nous nous sommes toujours opposés au report de l’âge légal à 67 ans pour obtenir une retraite à taux plein. Cette mesure pénalise les Français qui ont eu une carrière heurtée. Je pense notamment aux femmes, qui travaillent à temps partiel ou ont cessé un moment de leur activité pour élever leurs enfants. Elles sont les premières concernées par cette décision injuste. C’est pourquoi nous rétablirons l’âge de 65 ans pour obtenir une retraite à taux plein », souligne plus précisément le sénateur.

En revanche, il confirme que l’âge légal à 62 ans serait maintenu, critiquant du même coup les candidats qui prétendent revenir sur cette mesure, comme François Hollande.

A propos de la retraite par points, prônée par François Bayrou, Jean-Marie Vanlerenberghe explique que ce système permettrait de fusionner tous les systèmes de retraite actuels, y compris les régimes spéciaux. « La retraite à points, qui se base sur la répartition (…) offre aussi une grande transparence. Chaque Français possède un compte alimenté par ses cotisations, la valeur des points acquis étant revalorisée chaque année. Cela permet à chaque assuré de connaître le montant de sa pension s’il devait partir à la retraite. Ce système (…) laisse au salarié une grande liberté pour choisir son départ en retraite », ajoute le sénateur. Dans un tel schéma, la question de la pénibilité serait traitée par une bonification des points des salariés « qui exercent des métiers ou des rythmes de travail difficiles », précise-t-il. Il admet cependant que le risque avec ce système est de voir les pensions de retraite baisser en période de crise économique, à l’image de ce qui s’est produit en Suède, pays qui applique la retraite par points.

Enfin le vice-président de la commission des affaires sociales du Sénat indique que François Bayrou rééquilibrera les faibles pensions de retraite « à travers un plan de rattrapage ».