L’aide différentielle aux veuves de guerre portée à 977 euros en 2015


Le plafond de la prestation financière destinée à compléter les revenus des conjoints survivants d'anciens combattants et victimes de guerre les plus démunis devrait être aligné l'an prochain sur le seuil de pauvreté, a promis le 25 septembre 2014 le secrétariat d'Etat chargé des Anciens combattants et de la Mémoire.    

retraite mains vieux

L’aide différentielle en faveur des conjoints survivants (ADCS) devrait être portée l’an prochain à au moins 977 euros par mois, soit le niveau du pauvreté fixé par l’Insee pour 2014. « L’objectif de porter à terme au niveau du seuil de pauvreté le plafond des aides en faveur des conjoints survivants demeure une priorité et sera étudié dans le cadre du prochain exercice budgétaire », annonce le secrétariat d’Etat chargé des Anciens combattants et de la Mémoire dans une réponse publiée le 25 septembre 2014 au Journal Officiel du Sénat.

Le secrétariat d’Etat répondait à une question posée par la sénatrice (PS) de Seine-Maritime Marie-Françoise Gaouyer qui regrette que, en dépit d’une augmentation régulière, le plafond de l’ADCS « reste inférieur au seuil de pauvreté français reconnu par l’Insee » et demande, en conséquence, quand il sera relevé. « Le montant plafond de cette prestation, initialement fixé, le 1er août 2007, à 550 euros par mois, a été progressivement porté à 932 euros en 2014 comme s’y était engagé le secrétaire d’État chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, ce qui représente une augmentation de 69,5% », rappelle le secrétariat.

Nouvelle hausse de 4,8%

Celui-ci promet que le projet de loi de finances (PLF) pour 2015, présenté le 1er octobre prochain en Conseil des ministres, va instaurer un relèvement de l’ADCS au niveau du seuil de pauvreté, ce qui représente une hausse de 4,8%.

Pour rappel, l’ADCS est une aide accordée aux conjoints survivants de ressortissants de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG), âgés de 60 ans au moins. Elle vise à assurer un revenu minimum aux veuves d’anciens combattants les plus démunies.

Concrètement, il s’agit d’une aide financière destinée à compléter, à hauteur d’un plafond maximum (932 euros en 2014), l’ensemble des ressources mensuelles du conjoint survivant à l’exception de l’allocation personnalisée au logement (APL). En revanche, l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) est prise en compte dans le calcul des ressources.

 

A lire également :

Retraites : les nouveaux plafonds de ressources pour les veuves de guerre