L’indemnisation des orphelins de la seconde guerre revalorisé


La rente viagère offerte au titre de réparation pour les enfants dont l’un des parents a été victime de persécutions antisémites, est passée de 517,44 euros à 530,38 euros par mois depuis le 1er janvier 2014. Mise en place le 13 juillet 2000 par décret, cette mesure de réparation pour les orphelins est augmentée chaque année de 2,5%. Elle est attribuée aux personnes, âgées de moins de 21 ans au moment des faits, dont le père ou la mère a été victime d’acte de barbarie, déporté (selon les conditions mentionnées aux articles L. 272 et L. 286 du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre) ou exécuté pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le bénéficiaire de la rente a le choix de prendre l’indemnité sous forme de capital (d’un montant de 30.547,93 euros) ou d’une rente viagère. Celle-ci est désormais revalorisée et atteint donc 530,38 euros par mois. L’accord final d’attribution de la pension doit être signé par le Premier ministre après avoir été préparé par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Ce même office est ensuite chargé de reverser la pension aux titulaires.

 

A lire aussi : Retraites : l’indice des pensions militaires d’invalidité fixé à 13,94 euros