La CGT demande l’abandon de la retraite chapeau du patron de GDF Suez


 

Le secrétaire général de la CGT Thierry Lepaon a exhorté l’Etat, actionnaire de GDF Suez, à obliger Gérard Mestrallet, le PDG du groupe d’énergie, à ne pas disposer de sa retraite supplémentaire. « Je souhaite que l’Etat mette son nez dans cette affaire et contraigne monsieur Mestrallet à renoncer à sa retraite chapeau », a déclaré le numéro un de la centrale de l’organisation syndicale le 24 octobre 2014 sur Europe 1. Selon Le Canard enchaîné, GDF Suez aurait provisionné 21 millions d’euros au titre de la pension surcomplémentaire que percevrait Gérard Mestrallet à compter de son départ à la retraite prévu en mai 2016.

« C’est un scandale de plus », a estimé Thierry Lepaon faisant référence à l’affaire Philippe Varin, du nom de l’ex-PDG de PSA Peugeot Citroën qui a dû renoncer à une retraite chapeau également de 21 millions d’euros suite au tollé général. Avant même la déclaration de son leader, les représentants CGT de GDF Suez ont demandé des comptes à la direction alors que le géant du gaz a enregistré 10 milliards d’euros de pertes en 2013 et a lancé un plan d’économies de 4,5 milliards d’euros.

Thierry Lepaon pourrait être entendu. Quelques heures après son intervention, le ministre de l’Economie Emanuel Macron a diffusé un communiqué dans lequel il annonce avoir demandé au Haut comité de gouvernement d’entreprise d’aller plus loin dans la définition des bonnes pratiques en matière de rémunérations des dirigeants. « Les critères déterminant les parts variables, les retraites dites « chapeau » ou les rémunérations versées par des sociétés tierces doivent être clarifiés », juge le locataire de Bercy.

 

A lire aussi :

Des retraites chapeaux en fonction de la présence dans l’entreprise