La majorité des Français pour une épargne retraite forcée


Les Français doutent de la pérennité des régimes de retraite par répartition basés sur la solidarité intergénérationnelle. Du coup, 60% se déclarent en faveur de la mise en place d'une épargne retraite individuelle et collective obligatoire.  

55% des Français pensent qu'un système de retraite individualisée a plus d'avenir

Emmanuel Macron va être ravi. Alors que le très médiatique ministre de l’Economie souhaite le développement de fonds de pension « à la française », les Français semblent favorables à l’instauration d’un troisième étage de retraite obligatoire basé sur la capitalisation.

Selon une étude du cabinet Deloitte présentée le 12 avril 2016 et menée auprès de 4.000 personnes âgées de 25 ans et plus, 60% des répondants se déclarent pour la mise en place d’une épargne retraite individuelle et/ou collective obligatoire qui viendrait s’ajouter aux régimes de base et complémentaires. Le pourcentage grimpe même à 72% chez… les retraités.

La solution « capi »

Pour les personnes interrogées, la retraite par « capi » constitue la meilleure solution pour résorber les déséquilibres financiers des régimes par répartition dans lesquels les cotisations versées par les actifs financent les prestations perçues par les retraités. Elle se place devant la hausse des cotisations vieillesse (32%), la baisse des pensions (30%) et l’augmentation de l’âge de départ à la retraite (29%).

D’une manière générale, les Français doutent de la solidité des régimes par répartition. Seuls 29% des sondés pensent que ces systèmes reposant sur la solidarité intergénérationnelle ont de l’avenir, contre 55% pour les systèmes de retraite individualisée où chacun cotise pour sa future pension. Sur ce dernier item, le ratio monte à 62% chez les 45-54 ans, c’est-à-dire les personnes qui commencent à réfléchir sérieusement à leur retraite.

Peu d’épargne dans les faits

Pour autant, une part toujours importante des Français n’épargne pas pour sa retraite. 57% des actifs disent avoir thésaurisé en 2015 en vue de préparer leur après vie professionnelle, un pourcentage en hausse, il est vrai, de 3 points par rapport à 2014. Les plus fortes progressions (+ 5 points) se situent chez les 25-34 ans et les 55 ans et plus avec respectivement 46% et 73% d’épargnants.

Le montant moyen épargné dans l’année est certes en augmentation mais demeure faible, passant de 1.866 euros en 2014 à 1.933 euros en 2015. Pire : 72% des actifs déclarent avoir épargné en moyenne seulement 455 euros l’an dernier, un niveau insuffisant pour se constituer un vrai complément de revenu à la retraite.

L’assurance vie toujours privilégiée

L’assurance vie est plus que jamais utilisée pour la préparation à la retraite. Le « placement préféré des Français » constitue le produit financier privilégié dans 33% des cas, en hausse de 2 points comparé à 2014. Pour la première fois, le plan d’épargne logement (PEL) arrive en deuxième position (17%), rétrogradant les comptes sur livret au troisième rang (15%). Les produits individuels d’épargne retraite (Perp, Préfon-Retraite, Corem…) se classent seulement quatrièmes (9%), en baisse de 2 points par rapport à 2014.

« Les Français semblent demander en quelque sorte à être contraints d’épargner pour leur retraite. Un peu sur le modèle de ce qui a été fait avec les mutuelles santé d’entreprise, devenues obligatoires depuis le 1er janvier », analyse Hugues Magron, associé-conseil en charge du secteur des assurances et de la protection sociale chez Deloitte. Pour la capitalisation donc, mais… contraint et forcé.

A lire également :
Epargne retraite : ce que l’on sait du nouveau déblocage anticipé du Perp