La préparation à la retraite : un métier à part entière

Partagez

retraite, conseil, bilan

AVIS D'EXPERT - Les régimes de retraite sont difficiles à appréhender d'autant qu'ils ont évolué dans le temps. Pour des actifs qui ont souvent changé de statuts durant leur carrière, liquider ses droits relève du parcours du combattant. Et les erreurs en la matière peuvent coûter cher ! D'où l'importance de se faire accompagner par un vrai professionnel, souligne Sylvie Garrigues.

 

La retraite ? C'est pour les autres...Nous, nous n'aurons rien... de toute façon, on sait bien qu'on cotise pour rien ! Combien de fois entendons-nous ces remarques ? Le plus problématique est qu'on le pense trop souvent jusqu'à un âge avancé et quand l'heure approche, on se plait à rêver que ma foi, nous avons peut-être acquis nous aussi des droits et qu'il serait peut-être bon de savoir lesquels.
Il y a encore quelques décennies, le marché du travail était relativement stable (temps béni) et il n'était pas rare que l'on effectue toute sa carrière dans une même branche d'activité ou un même statut professionnel. Aujourd'hui, la stabilité professionnelle a disparu et du coup, la constitution de son dossier de retraite devient un vrai parcours du combattant.
Bien entendu, vous entendez parler d'un droit à l'information. Vous recevez même à partir de 35 ans, des documents de vos régimes de retraite qui ont l'air sûr de ce qu'ils vous écrivent. Sauf... qu'ils n'ont aucune valeur contractuelle mais seulement indicative.

Attention aux erreurs

Les erreurs sont plus fréquentes qu'on ne le croit. L'ère de l'informatique n'est pas si ancienne et il est à peu près probable que vos premiers bulletins de salaire aient été faits manuellement, ainsi que les informations transmises à vos caisses d'affiliation, avec tous les risques d'erreur de retranscription.
Vous avez travaillé éventuellement pendant vos vacances scolaires : êtes-vous sûrs que le nécessaire a été fait par vos employeurs saisonniers ? Vous avez peut-être connu des périodes de chômage. Jusqu'en 1983, c'était à vous de transmettre les attestations annuelles des Assedic à vos caisses de retraite. L'avez-vous fait ?
Et bien sûr, il est important de rajouter à cet état des lieux, les changements permanents dans nos systèmes de retraite qui peuvent à tout moment remettre en cause les droits en cours d'acquisition. Sans le savoir, en changeant d'employeurs, vos organismes complémentaires n'ont plus été les mêmes et la transmission des informations entre eux n'est pas des plus optimales !
Vos éventuels changements de statuts professionnels (salarié, commerçant, artisan, professions libérales) ont impacté vos régimes de base, vous transformant en polypensionné. Avec un principe de droit qui énonce que la retraite est quérable et non portable : en deux mots, vous ne l'aurez que si vous la demandez !!
Or, s'il y a bien un domaine dans lequel l'anticipation est impérative, c'est bien celui de la construction de son après-vie professionnelle. C'est sur plus de 40 ans que la partie se joue et qu'elle va continuer pendant une période au cours de laquelle vous n'aurez plus la main.
Selon une étude de la Sofres réalisée sur un panel de 1 000 retraités, plus d'un tiers d'entre eux estiment avoir mal préparé ce cap, qu'ils auraient dû « épargner davantage », commencer à thésauriser plus tôt et à mieux sécuriser leur épargne.

Les questions à se poser

- Pourquoi doit-on se préoccuper au plus tôt de sa constitution de dossier ?
• Plus on s'y prend tard, plus les difficultés pour faire rectifier les éventuelles erreurs seront grandes, n'ayant pas toujours su garder les pièces justificatives.
• La matière étant particulièrement complexe, il est primordial d'en comprendre les mécanismes au plus tôt et de se poser les bonnes questions :
o j'ai fait un stage rémunéré dans le cadre de mes études à l'étranger, en Europe, à qui dois-je m'adresser ?
o Je crée mon entreprise : quel va être l'impact sur mes droits à retraite en fonction du statut juridique adopté (SAS, EURL, EI...)
o Mon employeur me propose de négocier mon départ : quelles sont les conséquences sur mon niveau de retraite. Que puis-je négocier ?
o Je vais être polypensionné : comment se calcule les 25 meilleures années ?
o J'ai fait des études : à quel âge ai-je intérêt à racheter des trimestres ?
o A qui affecter les trimestres donnés par enfant ? Au père, à la mère ? Quelles sont les démarches à effectuer ?

- Pourquoi est-il important de vous faire accompagner par un professionnel ?
• La reconstitution de plus de 42 ans de carrière est un travail fastidieux :
o L'estimation indicative globale (EIG) envoyée par vos régimes de base est-elle complète ? A qui s'adresser pour demander des rectifications ? Avec quelles pièces ?
o Avez-vous à faire une seule demande ou plusieurs ?
• On vous a communiqué l'âge de retraite à taux plein : en connaissez-vous la signification ? :
o Vous avez peut-être l'âge légal, mais pas tous les trimestres, entrainant le mécanisme de la décote.
o Connaissez-vous les avantages de la surcote ?

• Devez-vous cesser totalement votre activité ? Existe-t-il d'autres solutions ?
• C'est peut-être le moment ultime de se préoccuper de l'acquisition de quelques trimestres supplémentaires : combien, comment ?

 

- Qu'est-ce qu'un accompagnement peut m'apporter une fois à la retraite ?
• Etes-vous sûr que vos pensions sont correctes ?
• Savez-vous que vous disposez d'un an pour demander des rectifications ?
• Vous souhaitez reprendre une activité : est-ce possible ? Sous quelles conditions ? Comment optimiser ?
• Quels seront les droits de votre conjoint, en cas de prédécès ?

Les domaines de compétence d'un conseiller

Face à toutes ces questions, un conseiller peut grandement vous aider. Son travail consiste à vous accompagner dans la méthodologie de la constitution de votre dossier et sa sauvegarde. Il peut ainsi vérifier si les relevés de situation (RSI) ou les estimations indicatives globales (EIG) correspondent à vos éléments de carrière et le cas échéant, saisir le Médiateur de l'Assurance retraite.
Il va calculer le montant prévisionnel de vos retraites de base et complémentaires, les droits à réversion, estimer vos indemnités de départ à la retraite en cas de statut salarié. Il peut définir avec vous les stratégies à adopter pour optimiser au mieux l'acquisition de droits dans les régimes les plus favorables (l'âge de départ le plus opportun, le meilleur statut en cas de souhait de reprise d'une activité en complément de retraite...).
Une des missions d'un conseiller est d'effectuer un suivi régulier en fonction des évolutions prévisibles et analyser les impacts sur vos droits en cours de constitution. Il peut aussi vous assister dans l'établissement des dossiers de demandes de retraite.
L'aide d'un conseiller peut donc s'avérer primordiale. Il serait donc dommage de s'en priver sachant qu'un rescrit social du 6 mars 2012 précise que les dépenses d'assistance à la retraite auprès d'un professionnel sont déductibles du montant des pensions perçues, voire du revenu global, si elles sont d'un montant supérieur ou si aucune pension n'a encore été perçue.
A titre d'exemple, les prestations d'assistance dans l'accomplissement des démarches auprès des organismes de retraite facturées par notre cabinet s'élèvent à 895 euros (hors taxe). Un bon investissement compte tenu des sommes gagnées et ce, jusqu'à la fin de votre vie.

 

Diplômée en Gestion de Patrimoine à l'Université de Clermont Auvergne et détentrice d'un DESS de Droit de la construction et de l'urbanisme à l'Université de Toulouse, Sylvie Garrigues intervient à l'Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse et dirige le pôle de protection sociale et retraite du Centre Toulousain du Patrimoine, un des leaders de la gestion privée dans le grand sud-ouest. Sans aucun lien capitalistique avec une banque ou une compagnie d'assurance, le Centre Toulousain du Patrimoine accompagne des salariés, des dirigeants et des professions libérales dans l'établissement de stratégies d'organisation patrimoniales ou d'investissements. A ce jour plus de 250 familles font confiance à ses trois associés et quatre collaborateurs.
 

articles les plus lus

1. RAFP : comment fonctionne la retraite additionnelle de la fonction publique
2. Comment calculer sa retraite ?
3. Peut-on cumuler une pension de retraite et une prestation sociale ?
 

Réseaux Sociaux