La réforme des retraites de 1993 a eu le plus d’impact


 

De toutes les réformes des retraites instaurées depuis 20 ans, c’est la loi Balladur de 1993 qui a le plus d’effets. Selon une étude de l’Insee datée d’avril 2015, le texte réduit le taux de prestation, c’est-à-dire le pourcentage de la masse des pensions par rapport à l’ensemble des salaires, de 42,5% pour la génération 1950 à 37,5% pour les générations 1970 à 1985. Soit une baisse de 5 points.

La loi Balladur a, il est vrai, instauré deux mesures importantes : l’allongement de la durée de cotisation de 37,5 à 40 ans et surtout, la prise en compte des 25 meilleures années de carrière dans le calcul de la pension du privé (au lieu de 10 années auparavant).

La réforme Fillon de 2003 (allongement de la durée de cotisation de 40 à 41,5 ans) a abaissé le taux de prestation de 2 points (de 37,5 à 35,5%) pour les actifs nés de 1970 à 1985. L’impact est identique pour la loi Woerth de 2010 (recul de l’âge de départ de 60 à 62 ans) avec un taux de prestations passé de 35,5 à 33,5%. D’après l’Insee, les effets de la réforme de 2014 (allongement de la durée de cotisation de 41,5 à 43 ans) devraient être plus limités avec un taux de prestations évalué à 32,5% pour les générations de 1970 à 1985.

 

A lire également :

La réforme des retraites de 2014, un an après