La retraite de plus en plus « virtuelle »


Pour simplifier la vie de leurs affiliés mais également pour réaliser des économies, les caisses de retraite proposent un nombre croissant de services sur leur site Internet.    

La demande de retraite est de plus en plus dématérialisée

Dans les « 80 mesures de simplification pour les particuliers » présentées le 3 février dernier par le Premier Ministre Manuel Valls, une partie concernait la retraite. En réalité, cela fait plus d’une dizaine d’années que les régimes veillent à simplifier les démarches pour leurs assurés. Ce mouvement passe par la mise en place et le développement de services en ligne. Passage en revue des outils déjà disponibles et des projets à venir pour rendre la retraite de plus en plus virtuelle.

– Relevé de carrière

Depuis 2005, un relevé individuel de situation (RIS) recensant les trimestres et les points de retraite acquis, tous régimes confondus, durant la carrière est envoyé par courrier à tous les assurés à compter de leurs 35 ans, puis tous les 5 ans. 25 des 35 régimes français de retraite proposent sur leur site Internet des demandes en ligne de RIS. A partir de 35 ans, les internautes peuvent demander à recevoir, à n’importe quel moment, leur relevé par e-mail, ce que l’on appelle le RIS électronique (RIS-e). Quelque 2 millions de demandes de RIS-e sont effectuées chaque année.

– Demande de rendez-vous

L’Assurance retraite, le régime de base des salariés, donne la possibilité sur son site de demander un rendez-vous avec un conseiller retraite. C’est également le cas, depuis l’an dernier, dans 7 caisses (*) du Régime social des indépendants (RSI), qui gère notamment la retraite des artisans et des commerçants. Le service sera étendu aux 30 caisses au second semestre 2016, promet le RSI. La demande en ligne de rendez-vous est également possible, depuis 2012, pour les affiliés à la Caisse de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL), le régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers, et de l’Ircantec, le régime complémentaire des agents non titulaires de la fonction publique.

– « Chat »

Les 19.500 cotisants et 8.000 retraités de la Caisse d’assurance vieillesse des experts-comptables et des commissaires aux comptes (Cavec) peuvent, depuis cet automne, « chatter » en direct avec un conseiller retraite de la caisse. Grâce à un lien transmis via le chat, l’assuré peut avoir accès à son compte personnel et le partager, de manière sécurisée, avec le conseiller. La CNRACL et l’Ircantec ont mené une expérimentation en 2012 avant de la suspendre. La Caisse des dépôts et consignations (CDC), gestionnaire des deux régimes, n’exclut pas de la reprendre.

– Visio-conférence
Depuis 2015, l’Assurance retraite expérimente la visio-conférence avec un conseiller retraite pour les assurés vivant à l’étranger. La CNRACL et l’Ircantec l’ont mis en place pour l’entretien information retraite (EIR), un rendez-vous de mi-carrière proposé aux agents de 45 ans et plus. Certaines caisses du RSI sont en train de la tester. La visio-conférence est disponible à la Cavec.

Agent virtuel
MARC pour « Mon Assistant Retraite Connecté » a été lancé en mars 2014 par la CNRACL et l’Ircantec. Cette application mobile gratuite offre un accompagnement personnalisé et une assistance aux assurés.

– Simulateur de pension

Quasiment tous les régimes prévoient un lien sur leur site vers M@rel, le simulateur en ligne de pension conçu sous l’autorité du groupement d’intérêt public (GIP) Union Retraite qui représente les 35 régimes. A côté de cet outil basé sur les données déclaratives de l’internaute, plusieurs régimes travaillent à l’élaboration d’un calculateur plus fiable qui reprendra les données du RIS. Destiné dans un premier temps aux 45 ans et plus, il sera progressivement étendu à tous les assurés. A noter : le Service des retraites de l’Etat (SRE), le régime des fonctionnaires d’Etat, propose un simulateur permettant à ses affiliés de savoir s’ils sont éligibles au dispositif de retraite anticipée pour carrière longue.

– Demande de retraite en ligne

La majeure partie des régimes, à l’exception des régimes publics, permettent de remplir en ligne sa demande de retraite. Une attestation est envoyée par mail. D’ici la fin de l’année, les affiliés à l’Assurance retraite pourront joindre à leur demande leurs justificatifs numérisés (livret de famille, dernier avis d’imposition, 3 derniers bulletins de salaire…).

– Attestation fiscale

Depuis la déclaration 2015 portant sur les revenus 2014, plusieurs régimes n’envoient plus par courrier à leurs retraités d’attestation fiscale sur les pensions versées dans l’année. Si ces derniers souhaitent vérifier que le montant pré-rempli dans leur déclaration est correct, ils doivent se connecter sur leur espace personnel. Il leur est alors possible de télécharger et d’imprimer l’attestation fiscale. Après l’Assurance retraite, l’Arrco (le régime complémentaire de tous les salariés), l’Agirc (le régime complémentaire des cadres), la MSA (le régime des salariés et exploitants agricoles) et la CNRACL, le RSI a, à son tour, succombé cette année aux charmes de la dématérialisation de l’attestation fiscale qui permet aux caisses de réaliser de substantielles économies.

(*) Alpes, Aquitaine, Basse-Normandie, Bretagne, Centre-Val de Loire, Pays de la Loire, Poitou-Charentes

A lire également :

« L’internaute est devenu acteur de sa retraite »