La taxe à 75% concernera les retraités fortunés


Le ministre du Travail Michel Sapin a expliqué sur l'antenne de Radio Classique que les retraités « qui gagnent beaucoup » seront soumis eux aussi à la taxe à 75% au-delà d'un million d'euros de revenus annuels.

sapin, retraites, taxe, csg

Les retraités n’y échapperont pas. La taxe à 75% concernera également les retraités « extrêmement aisés » a indiqué le ministre du Travail Michel Sapin sur l’antenne de Radio Classique lundi 17 septembre. « Il paraît normal qu’il y ait des impositions qui soient de même nature que celles que paient des salariés aisés », a ajouté le ministre. « Certains retraités gagnent plus de un million par an, comme il y a des salariés – ils ne sont pas très nombreux – qui gagnent plus de un million par an. Ils seront de la même manière concernés par la tranche à 75 % qui va être proposée dans le projet de loi de finances. »

Michel Sapin n’a cependant pas donné de précisions sur un aménagement particulier pour l’imposition des retraités fortunés. S’il a évoqué le seuil d’un million d’euros dans sa comparaison entre les retraités et les salariés, il ne l’a pas confirmé explicitement, invoquant simplement la « justice sociale » qui animera l’arbitrage éventuel du gouvernement.

« Pas question » de faire payer les petites retraites

A l’inverse, Michel Sapin et le gouvernement se présentent en défenseurs des petites retraites. Après que Pierre Moscovici ait déclaré que « les retraités n’ont rien à craindre de la gauche » concernant un relèvement de la CSG, Michel Sapin a abondé dans ce sens. « On dit ‘les retraités’ mais, parmi les retraités, il y a des gens extrêmement pauvres. Il n’est absolument pas question de toucher en quoi que ce soit aux 700 euros de la pauvre personne qui vit avec le minimum vieillesse ou aux 1.000 ou 1.200 euros de celui qui a trimé toute sa vie », a-t-il déclaré.

François Hollande avait défini les contours de la taxe à 75% lors de sa dernière intervention télévisée. Limitée dans le temps, elle ne portera que sur les revenus d’activité liés au travail et se déclenchera à partir d’un million d’euros de revenus annuels par contribuable. Elle inclut dans son taux l’impôt sur le revenu, la CSG et la CRDS.