Le chômage des seniors a augmenté de près de 10% en un an


Les Français de plus de 50 ans n'ont une nouvelle fois pas été épargnés par les chiffres du chômage. Sur un mois, leur nombre a progressé de 0,7% à 828.900 inscrits à Pôle Emploi. Sur un an, les effectifs des seniors en quête d'un emploi ont explosé de 9,1%.  

Le chômage des seniors a progressé de 0,7% en février 2015 à 828.900 demandeurs inscrits à Pôle Emploi

Les chiffres du chômage pour les Français de plus de 50 ans ne s’améliorent pas. Après une année 2014 catastrophique, 2015 n’annonce pas d’amélioration, selon les chiffres publiés par la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) le 25 mars 2015. Ainsi, 828.900 seniors sont inscrits à Pôle Emploi en tant que chômeurs de la catégorie A (sans activité et en recherche active d’emploi). Le nombre de plus de 50 ans au chômage progresse ainsi de 0,7% d’un mois sur l’autre, après un mois de janvier relativement stable (+0,1% à 823.400). Sur un an, les effectifs de demandeurs d’emploi seniors explosent de 9,1%. A titre de comparaison, ils n’augmentent que de 0,1% pour les moins de 25 ans et de 4,1% pour les 25-49 ans sur la même période.

Les hommes de plus de 50 ans ont davantage subi le chômage que les femmes. Leur nombre a grimpé de 0,8% à 440.800 demandeurs contre une hausse de 0,5% à 388.100 inscrites du côté des femmes.

Parallèlement, le chômage des 25-49 ans enregistre une hausse de 0,4% à 2,12 millions de personnes quand celui des moins de 25 ans recule de 0,3% sur un mois à 537.100 demandeurs d’emploi. La catégorie A dénombre au total 3,494 millions de sans-emploi, soit 12.800 chômeurs supplémentaires (+0,4%).

+9,9% sur un an toute catégories confondues

Malheureusement, le constat n’est pas meilleur si l’on se base sur les effectifs totaux de Pôle Emploi. Ainsi, le nombre de demandeurs d’emploi seniors dans les catégories A, B et C se monte à 1,18 million. Soit une hausse de 9,9% sur un an. Les moins de 25 ans et les 25-49 ans encaissent une augmentation plus contenue, à respectivement 3 et 6,2% d’une année sur l’autre.

Les seniors ne peuvent décidément compter sur aucune bonne nouvelle en ce début d’année. La période de chômage des plus de 50 ans a progressé légèrement de 3 jours en février pour s’établir à 531 jours. Si cette évolution reste minime, l’attente a en revanche grimpé de 71 jours en un an. Une attente largement supérieure à la moyenne nationale fixée à 289 jours.