Le chômage pèse sur les finances des régimes de retraite


Selon une étude du Conseil d'orientation des retraites à paraître le 27 janvier 2016, les régimes français de retraite afficheront un lourd déficit financier en 2040 si le taux de chômage demeure à 10%.    

1 point de chômage en plus entraîne 0,1 point de déficit pour les régimes de retraite

Si le taux de chômage se maintient à un niveau élevé, l’équilibre financier des régimes français de retraite risque d’être remis en cause. Voilà ce qui ressort des documents de travail du Conseil d’orientation des retraites (COR) qui seront rendus publics le 27 janvier 2016 et que Toutsurmesfinances.com a pu consulter.

Alors que le solde financier des régimes s’élèverait à + 0,1% du produit intérieur brut (PIB) en 2040 avec un taux de chômage de 4,5%, il atteindrait – 0,4% du PIB avec un taux de 10%, selon les calculs du secrétariat général du COR. D’après l’organisme placé sous l’autorité du Premier ministre dont les projections font référence, 1 point de chômage en plus se traduit par une dégradation de 0,1 point du déficit général des régimes.

Moins de cotisants et plus de retraités

Le système français des retraites étant basé sur le principe de la répartition, les actifs financent via leurs cotisations les pensions des retraités. Or, plus de chômeurs, c’est moins de cotisants. Pire : le document du COR montre que la hausse du chômage provoque également une augmentation du nombre de retraités.

Les seniors sans emploi préfèrent partir à la retraite plutôt que de continuer à chercher un travail d’autant que certains ont épuisé leurs droits aux allocations chômage. Du coup, les régimes se retrouvent à devoir composer avec moins de recettes et davantage de dépenses. Un effet ciseau dévastateur pour leurs finances.

Des pensions plus faibles

Les conséquences ne seraient pas non plus anodines pour les retraités. Avec un chômage de masse, il est plus difficile de justifier d’une carrière complète. Ne disposant pas de tous leurs trimestres de cotisations, les assurés subissent une décote sur leurs retraites. Un chômage moyen à 10% au lieu de 4,5% se traduirait par une baisse des pensions de 0,4% d’ici 2040 et de 1,3% en 2060, estime le COR.

Seule éclaircie dans le tableau noir dressé par l’instance consultative : la hausse des salaires a, selon ses calculs, plus d’effet sur les finances des régimes que la hausse du chômage. Les cotisations plus élevées des actifs compensent en quelque sorte le manque de cotisation des chômeurs. Ainsi, l’équilibre financier pourrait être atteint en 2060 en dépit d’un chômage à 10% si les rémunérations augmentaient en moyenne de 1,68% par an. Problème : depuis 2009, le salaire moyen par habitant croît de seulement 0,6% par an en France, d’après l’Insee…

A lire également :

Formation professionnelle : des trimestres de retraite pour les chômeurs en fin de droit