Le Crédit Agricole Assurances lance un contrat d’assurance dépendance complet


Predica, la filiale du Crédit Agricole Assurances, commercialise Vers l'Autonomie, une assurance visant à prendre en charge la dépendance. Face à ce problème qui constitue un facteur d'inquiétude chez les Français, l'assureur propose un contrat unique composé d'une rente viagère et d'un capital équipement. Vers l'Autonomie mise également sur la prévention pour se démarquer sur un marché qui devrait concerner 1,6 million de personnes en 2040.

retraite, dependance, autonomie

Predica commercialise depuis le mois de juin une nouvelle assurance dédiée au problème de la dépendance. Alors qu’une enquête réalisée en juillet 2012 par le Crédit Agricole Assurance (CAA) révèle que 71% des Français se déclarent « préoccupés » par la perte d’autonomie, Predica propose « la seule offre sur l’ensemble » des problématiques liées à la dépendance, explique Jérôme Grivet, directeur général de CAA. La société d’assurance, qui détient actuellement 174.000 contrats dépendance et est le 1er acteur du marché avec 83 millions d’euros de cotisations annuelles, veut selon lui répondre aux inquiétudes liées au fait que les « invalidités et les pertes d’autonomie sont des préoccupations majeures pour nos citoyens ».

Capital équipement de 5.000 euros

Vers l’Autonomie propose une rente mensuelle en complément de revenu comprise entre 500 et 3.000 euros sous forme d’une rente viagère revalorisée annuellement sur l’indice Insee hors tabac. Parallèlement, le contrat offre un capital équipement de 5.000 euros afin de permettre aux personnes d’ « adapter et d’améliorer le logement sans que le client n’ait à en justifier l’utilisation ». De l’aveu de Jérôme Grivet, les cotisations sont importantes : « Une personne de 50 ans qui veut un complément de revenu mensuel de 700 euros doit mettre 50 euros de côté chaque mois », prévient-il. Pourtant, le directeur général de CAA ne doute pas du succès de cette offre, prévoyant que la dépendance devrait concerner quelque 1,6 million de personnes en 2040 et que le reste à charge après versement des aides publiques et des pensions de retraite moyennes des dépendants demeure très élevé. « Cette valeur oscille entre 300 et 900 euros » selon que la personne souhaite rester à son domicile ou vivre dans un établissement spécialisé, poursuit-il.

Afin de simplifier la reconnaissance de la perte d’autonomie, Predica couvre tous types de dépendance avec un seul contrat. Ainsi, Vers l’Autonomie utilise le dispositif AVQ (Actes de la vie quotidienne) pour rendre sa garantie lisible. Pour qu’il y ait dépendance légère, il faut que l’assuré ne puisse pas accomplir une des 5 actions suivantes : s’alimenter, se laver, s’habiller, faire les transferts (du lit au fauteuil et inversement) et se déplacer (sortir de son logement). Pour que la dépendance soit reconnue comme lourde, il faut être dans l’incapacité d’effectuer au moins 4 de ces actions. Dans le cas de dépendance le plus léger, l’assuré touche 100% du capital et 50% de la rente. En cas de dépendance lourde, l’assuré perçoit 100% de l’aide financière prévue.

Contrat intergénérationnel

Partant du constat qu’environ 4 millions de personnes s’occupent aujourd’hui d’une personne dépendante dans leur entourage, Vers l’Autonomie propose des prestations d’assistance à l’assuré lorsque sa santé décline, pour ses parents, ses aidants mais également quand il se retrouve lui-même en situation d’aidant. Il peut alors bénéficier d’un « répit de l’aidant », c’est-à-dire un versement de 1.000 euros qui « permet de souffler », précise Bruno Carles, directeur général adjoint de Predica. « Dans le cas où les parents de l’assuré entrent en dépendance, cette somme peut lui permettre de partir. Cela équivaut à 12 à 15 jours de prise en charge », poursuit le dirigeant.

Parallèlement aux aides financières dont bénéficie l’assuré, Vers l’Autonomie met en avant la prévention via son service en ligne www.i-dependance.fr, site de conseil avec des informations pratiques mais également un coaching personnalisé à partir de 50 ans. La gamme de services offerte propose également une aide au placement en maison de retraite. Predica compte donc sur sa garantie financière, d’assistance et de prévention pour conquérir la clientèle du marché. L’assureur affiche d’ailleurs des objectifs ambitieux pour les prochaines années avec 30.000 contrats visés pour 2012 et 50.000 par an à partir de 2013.

> Pour aller plus loin
Une journée nationale sur le bien vieillir