Le financement de la retraite surcomplémentaire des médecins assuré


La Sécurité sociale va continuer à financer une grande partie de l'AVS, une retraite supplémentaire qui constitue près de 40% de la pension des praticiens libéraux.    

L'ASV représente près de 40% de la retraite totale des médecins libéraux

Voilà de quoi calmer les inquiétudes d’une grande partie des praticiens à leur compte. L’Assurance maladie a accepté de maintenir son niveau de participation au financement de la retraite surcomplémentaire des médecins libéraux, selon une dépêche AFP publiée le 16 mars 2016.

Ce jour-là s’était tenue une séance de négociation entre les cinq syndicats représentatifs de la profession (CSMF, FMF et SML pour les spécialistes et généralistes, MG France pour les généralistes et le Bloc pour les chirurgiens) et la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam). Si l’objectif des négociations qui doivent s’achever d’ici le 26 août concerne la fixation des tarifs de consultation pour les cinq ans à venir, la séance de mercredi était consacrée à la protection sociale des médecins libéraux.

Deux-tiers des cotisations prises en charge par la Sécu

Avant d’aller plus loin dans les pourparlers, les syndicats avaient exigé la poursuite du financement par la Sécurité sociale de l’avantage social vieillesse (ASV) qui s’ajoute à la retraite de base et à la retraite complémentaire et qui représente en moyenne 40% de la pension totale perçue par les praticiens. Actuellement, l’Assurance maladie finance les deux-tiers des cotisations à l’ASV des médecins de secteur 1, c’est-à-dire ne pratiquant pas de dépassement d’honoraires.

Le directeur général de la Cnam Nicolas Revel s’est engagé le 16 mars à conserver cette répartition. « Les médecins peuvent être rassurés », s’est réjoui le président de MG France Claude Leicher cité par l’AFP.

A lire également :

Retraites : « Il ne faut pas désespérer les jeunes médecins »