Le gouvernement étudie une hausse de la taxe sur les dividendes pour financer les retraites


L’exécutif pourrait relever la contribution de 3% sur les dividendes pour dégager des ressources nouvelles pour les retraites. Selon Les Echos datés du 12 août 2013, un relèvement de cette taxe sur les grandes entreprises (les PME de moins de 250 salariés réalisant un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros et un bilan inférieur de 43 millions d’euros sont exonérées) instaurée par la loi de finances rectificative de 2012 serait en effet envisagé dans le cadre de la réforme des retraites.

Cette mesure présenterait plusieurs avantages. D’abord, elle éviterait une hausse des cotisations qui alourdirait le coût du travail et pénaliserait la compétitivité des entreprises. Ensuite, elle est susceptible de beaucoup rapporter. Contrairement à ce que le patronat avait annoncé, cette contribution additionnelle de 3% sur l’impôt sur les sociétés (IS) sur les dividendes distribués n’a pas empêché les entreprises de soigner leurs actionnaires. Bien au contraire : au lieu de 1,1 milliard d’euros, la contribution pourrait au final rapporter 1,6 milliard d’euros en 2013, selon Bercy. Enfin, la mesure pourrait être présentée comme « vertueuse » puisqu’elle pousse les entreprises à réinvestir leurs bénéfices plutôt que de les redistribuer.

Reste qu’un relèvement serait mal perçu par les investisseurs, notamment étrangers. Or, les entreprises françaises ont déjà du mal à se financer auprès des marchés. Le gouvernement n’aurait, d’après Les Echos, pas encore tranché.

 

A lire aussi :

Retraites : les contours de la réforme