Le PERP

Partagez

Le PERP (plan d'épargne retraite populaire), est un contrat d'assurance ouvert à tous. Il consiste à des versements réguliers que le propriétaire touche en une rente viagère une fois à la retraite. C'est un contrat individuel pris hors du cadre de l'entreprise.

La souscription. Il faut souscrire à un contrat d'assurance conclu entre une association, le groupe d'épargne individuelle pour la retraite (GERP) et un organisme d'assurance. Le GERP est une association chargée de veiller à vos intérêts dans le PERP.

L'achat d'une résidence principale

En principe, l'épargne est bloquée jusqu'à votre retraite, mais il existe des exceptions. Le PERP permet de se constituer une épargne qui servira uniquement à l'acquisition de votre premier bien immobilier (résidence principale). A l'échéance de ce plan, vous toucherez un capital en une seule fois, soumis à l'impôt sur le revenu. Vous pouvez aussi demander à le percevoir en plusieurs tranches, étalés sur cinq ans.

L'invalidité. Si à la suite d'un accident, vous devenez invalide, vous pouvez percevoir votre rente par anticipation. Elle sera alors calculée sur les montants versés.

La réversion. Si vous décédez avant ou après votre mise à la retraite, votre rente peut être reversée à votre conjoint, ou à tout autre bénéficiaire. Dans ce cas, vos enfants mineurs peuvent toucher une rente éducation : les contrats prévoient dans la plupart des cas, le versement d'une rente mensuelle jusqu'aux 25 ans de la personne concernée.

Des gains sécurisés. Le PERP bénéfice de règle de sécurisation : entre 10 et 20 ans avant votre mise en retraite, 40% de votre capital doit être garanti par l'assureur. Ce pourcentage passe à 65% entre 10 et 5 ans, à 80% entre cinq et deux ans, et 90% moins de deux ans avant votre passage en retraite.  

Une déduction fiscale

Les cotisations versées sont déductibles de votre revenu imposable. Pour cela, il faut d'abord déterminer le plafond maximal de déduction. Le fisc retient le montant le plus élevé entre :
- 10% de revenu professionnel net, dans la limite de 28 281 euros (chiffre 2011), soit huit fois le plafond annuel de la sécurité sociale (PASS)
- 10% du PASS (35 352 euros en 2011).

Ainsi, si votre revenu imposable est inférieur à 35 352 euros, c'est la seconde formule qui s'applique. Au-delà, c'est la première.

Il faut ensuite déduire de ce montant les cotisations retraites, les abonnements et le surplus des années précédentes, car le solde est reportable sur trois déclarations.

Premier exemple. Un contribuable déclare un revenu annuel de 25 000 euros. Son plafond de déduction s'élève donc à 3 535 euros, car il se situe en dessus du plafond du Pass. Il place 1 500 euros sur son Perp. Il pourra déduire cette somme de son revenu imposable cette année et reporter la différence (3 535 - 1 500 = 1 035 euros) l'année suivante.

Deuxième exemple. Un particulier dispose d'un revenu annuel de 40 000 euros, donc supérieur au plafond du PASS. Sa déduction s'élève donc à 10% de ses revenus, soit 4 000 euros. S'il place 3 000 euros sur son Perp, il pourra les déduire de son revenu et reporter le solde (1 000 euros) sur la déclaration suivante.  

Où souscrire ?

Les banques et les compagnies d'assurance proposent le PERP.

 

articles les plus lus

1. Peut-on avoir une retraite sans avoir travaillé ?
2. Retraite anticipée : peut-on prendre sa retraite avant 60 ans ?
3. Présidentielle 2017 : le programme de Le Pen pour les retraites
4. Retraites : ce que l’on sait de la réforme Macron
5. Peut-on acheter des trimestres pour la retraite ?
 

Réseaux Sociaux