Le pouvoir d’achat des retraités en berne


Un système de retraite insatisfaisant, de maigres pensions... Selon un sondage paru le 18 novembre 2014, les retraités sont de plus en plus pessimistes. L'image du pensionné privilégié en prend un coup.      

retraite

La retraite sous les tropiques… plutôt un rêve que la réalité. 64% des retraités estiment que le système actuel de répartition* ne permet pas de bénéficier d’une retraite correcte, selon un sondage réalisé par Odoxa pour Le Parisien – Aujourd’hui en France et la Caisse d’épargne, publié le 18 novembre 2014.

L’insatisfaction des interrogés face au montant de leurs pensions s’explique notamment par le gel des pensions de base le 1er octobre dernier. Parallèlement les partenaires sociaux ont décidé de ne pas revaloriser le 1er avril 2014 les retraites complémentaires versées aux salariés (Arrco) et aux cadres (Agirc) en vue de réduire le déficit des deux régimes. Autre coup dur pour le portefeuille des retraités : la majoration de pension de 10% octroyée aux pères et mères ayant élevé au moins trois enfants, jusqu’ici exonérée d’impôt, est désormais incluse dans les revenus à déclarer.

 

>> Le gel des pensions de retraite en 10 questions

 

Les retraités puisent dans leur bas de laine

Résultat : 77% des sondés indiquent ne pas se sentir privilégiés financièrement. Censés être des privilégiés, « une fois la vie active achevée, la réalité n’est pas celle-là et la retraite n’est pas rose », souligne l’étude. Dans les faits, ce sentiment se traduit par une perte sensible du pouvoir d’achat de 8 interrogés sur 10. Une proportion particulièrement élevée (91%) chez les 50-64 ans. Parmi les postes de dépenses les plus sacrifiés, figurent les achats plaisir (65%), les sorties (50%) et les vacances (42%). Plus inquiétant, 15% des retraités ont dû réduire leur budget alimentation faute de moyens financiers.

Pour pallier cette baisse de pouvoir d’achat, les pensionnés peuvent toutefois compter sur leur bas de laine. Plus de la moitié d’entre eux ont mis de l’argent de côté lorsqu’ils étaient actifs. Sans surprise, les retraités interrogés ont majoritairement (80%) privilégié l’assurance vie pour placer leurs économies. L’immobilier, les plans d’épargne en actions (PEA) et les plans d’épargne retraite populaires (PERP) arrivent ensuite. Pour faire face aux coups durs ou maintenir leur niveau de vie, les retraités n’hésitent pas à puiser dans leur épargne.

 

>> Perp : un rendement encore largement inférieur à l’assurance vie

La relève n’est pas plus optimiste… Bien au contraire. Lorsqu’on les interroge sur leur retraite future, les actifs sont tout aussi pessimistes. 89% anticipent déjà une baisse de leur pouvoir d’achat une fois à la retraite. La retraite sous les tropiques, ce n’est décidément pas pour tout de suite.

*Les retraites sont financées par des cotisations prélevées sur les salaires des actifs