Les cotisations retraite plus rentables pour les femmes que pour les hommes


D'après une étude parue le 17 décembre 2015, les femmes reçoivent plus de prestations à la retraite par rapport à leurs cotisations que leurs homologues masculins.    

Le taux de rendement des cotisations vieillesse des femmes s'élève à 2,24% contre 1,34% pour les hommes

Les femmes ont plus intérêt à cotiser à la retraite que les hommes. Selon une étude de deux chercheurs de l’Insee, Yves Dubois et Mario Antony, publiée le 17 décembre 2015, les premières reçoivent en moyenne davantage de prestations comparées aux cotisations qu’elles ont versées que les seconds. Le « taux de rendement » des cotisations vieillesse pour les femmes atteint ainsi 2,24%, contre seulement 1,34% pour les hommes. Soit une différence de 0,90 point.

L’écart d’espérance de vie explique en grande partie ce phénomène. Les femmes vivant en moyenne plus longtemps que les hommes (4,5 ans de plus chez les cadres, 7,8 ans de plus chez les ouvriers), elles perçoivent des pensions de retraite sur une durée plus longue. Ce qui accroît mécaniquement la rentabilité des cotisations versées. Mais ce n’est pas le seul facteur.

Les bas salaires « avantagés »

En appliquant l’espérance de vie des hommes, le rendement des cotisations des femmes demeure plus élevé de 0,35 point, à 1,69%. Cela résulte de « la décroissance du taux de remplacement avec le niveau de salaire et du minimum contributif qui leur bénéficie davantage », expliquent les chercheurs.

Le taux de remplacement est le ratio entre la pension de retraite perçue et le dernier salaire. Or, plus la rémunération a été élevée et plus le taux de remplacement est faible, d’une part parce que les cotisations à la retraite de base sont plafonnées et d’autre part parce que les rendements des retraites complémentaires ont été abaissés par les régimes pour réaliser des économies. Moins bien payées que leurs collègues masculins, les femmes « perdent » moins à la retraite.

De son côté, le minimum contributif constitue en quelque sorte une retraite « plancher ». Il s’agit du montant minimum appliqué aux assurés qui ont atteint l’âge légal de départ à la retraite (60 à 62 ans selon la date de naissance) et qui disposent du nombre de trimestres de cotisation requis dans leur génération. Le minimum contributif est fixé à 629,63 euros par mois et à 688,01 euros par mois pour les affiliés justifiant de plus de 120 trimestres. Cette retraite minimale profite en premier lieu aux bas salaires, c’est-à-dire là encore le plus souvent à… des femmes.

A lire aussi :

Les retraites françaises plus élevées que prévu