Les droits de la femme

Partagez

En matière de retraite, les femmes subissent aussi des inégalités. Elles ont une pension inférieure d’environ 38% à celle des hommes ... Voici les raisons de ce fossé, et nos conseils pour y remédier.

Maternité. Les périodes de congés maternités (16 semaines à chaque naissance) sont « assimilées ». C'est-à-dire qu’elles donnent droit à la validation des trimestres, mais n’entrent pas en compte dans le calcul de la retraite. Sur un an, si vous vous arrêtez trois mois, vous comptabiliserez quatre trimestres, dont seulement trois entreront dans le calcul de la pension.

De plus, certaines femmes prennent des congés sans solde pour élever leurs enfants. Le calcul de la pension se faisant, dans le privé, sur la moyenne des 25 meilleures années, la prise en compte des premiers emplois, moins bien payés, est donc plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

Plus d'informations ...

Temps partiel. Le travail à temps partiel concerne une femme sur trois. Bien entendu, la pension est moindre pour des cotisations à temps partiel qu’à plein temps. Pour avoir droit aux quatre trimestres, il faut gagner 800 fois le Smic horaire en un an, soit 7 200 euros brut en 2011. En dessous, vous pouvez valider des trimestres, sur la base de 200 fois le Smic horaire par trois mois.

Pour compléter votre retraite, vous avez la possibilité d’opter pour une cotisation à taux plein : payée à mi-temps, vous allez cotiser comme si vous travailliez à plein-temps. Il faut cependant l’accord de votre employeur.

Les salaires. La différence de salaire entre hommes et femmes atteint 20%, et presque 40% si on inclut le temps partiel, selon l’Insee en 2006. Des écarts qui peuvent s’expliquer par les interruptions de carrières ou les mi-temps.

Mais des différences qui sont parfois le fruit d’une discrimination, consciente ou pas. La loi française interdit ces pratiques. Si vous pensez en être victime, vous pouvez vous tourner vers votre comité d’entreprise, et le cas échéant, aller aux Prud’hommes.

Veuvage et divorce. Les femmes vivent plus longtemps que les hommes (83,8 ans pour les femmes et 76,7 pour les hommes en 2008 selon l’Institut national d’étude démographique). Avec une pension plus faible que pour la gente masculine, la retraite peut donc être une période délicate au niveau financier pour les femmes. 

L’allocation veuvage est un dispositif qui est supprimé à partir du 1er janvier 2011. Il assure sous condition de ressources (706,41 euros par mois en 2010) un complément de 565,13 euros par mois durant deux ans. L’allocation est dégressive suivant vos ressources et peut se cumuler avec un travail (50% les neuf premiers mois).

Si votre conjoint décède, vous pouvez aussi recevoir une pension de réversion. Cette pension est égale à 54% de la retraite qu’aurait perçue la personne décédée. Les revenus du conjoint survivant ne doivent pas dépasser 18 428,80 euros par an (chiffres 2010). Dans le cas contraire, la pension est minorée. Elle peut aussi être majorée avec des enfants à charge.

Minimum vieillesse. En 2007, 63% des personnes recevant le minimum vieillesse était des femmes. Pour le toucher, vos ressources annuelles, allocations comprises, ne doivent pas dépasser 8 309,27 euros pour une personne seule et 13 765,73 euros pour un ménage (chiffres 2010). Le bénéficiaire potentiel doit aussi remplir deux autres conditions : être âgé(e) d’au moins 65 ans, ou 60 ans dans certains cas (ancien combattant, inapte au travail, mère de famille ouvrière etc.) et résider en France de façon régulière (de nationalité française ou non). L’allocation complète ensuite vos revenus dans la limite de ces plafonds.

 
L'ASSURANCE VIE plus rentable que le LIVRET A !
Trouvez l'assurance vie adaptée à vos besoins - devis gratuit

 

Réseaux Sociaux