Les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers partent à la retraite plus tard


Selon une étude de la Caisse des dépôts diffusée le 11 février 2016, les agents de la fonction publique territoriale et hospitalière quittent la vie active en moyenne à 60,7 ans, contre 57,6 ans en 2000.    

Les agents de la fonction publique territoriale et hospitalière prennent leur retraite 3 ans plus tard qu'il y a 14 ans

Les agents de la fonction publique territoriale (FPT) et de la fonction publique hospitalière (FPH) prennent leur retraite en moyenne un peu plus de trois ans plus tard qu’il y a 14 ans. L’âge moyen de départ des affiliés à la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL), le régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers, est passé de 57,6 ans en 2000 à 60,7 ans en 2014, selon une étude publiée le 11 février 2016 par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), le gestionnaire de la CNRACL.

Ce décalage s’accélère avec le temps puisque le report a été d’un an entre 2000 et 2010 et de plus de deux ans entre 2010 et 2014. La date de 2010 n’est pas anodine puisqu’elle correspond à l’entrée en vigueur du recul de l’âge légal de départ à la retraite instauré par réforme Woerth. L’âge d’ouverture des droits des agents issus de la catégorie dite « active » de la fonction publique, comme les policiers municipaux, les pompiers, les éducateurs spécialisés ou les aides-soignants, a été progressivement relevé de 55 à 57 ans. Celui des fonctionnaires « sédentaires » est passé de 60 à 62 ans, comme pour les salariés du secteur privé.

Effet renforcé pour les femmes

« Cet effet a été renforcé pour les femmes par la fermeture du dispositif pour les parents d’au moins trois enfants », soulignent les deux auteurs de l’étude de la CDC. Jusqu’au 1er janvier 2012, les fonctionnaires ayant élevé trois enfants et plus et qui disposaient d’au moins 15 ans de services effectifs avaient la possibilité de partir à la retraite dès 55 ans. Or, ce dispositif a surtout profité aux mères, notamment parce qu’il fallait justifier d’une cessation d’activité d’au moins deux mois par enfant. D’ailleurs, un quart des femmes de la FPT et de la FPH ont pris leur retraite avant 56 ans, note l’étude.

Si le report du départ à la retraite à 62 ans pour les fonctionnaires sédentaires et à 57 ans pour les fonctionnaires actifs entre pleinement en application à compter de 2017, le mouvement pourrait quand même perdurer « Il est possible, au-delà de l’effet mécanique de la réforme de 2010, que l’âge de départ à la retraite continue sa progression après 2017 du fait de l’augmentation de la durée d’assurance nécessaire pour bénéficier du taux plein », estiment les auteurs. La réforme de 2014 a en effet instauré un allongement du nombre de trimestres de cotisation requis pour percevoir une pension complète. A l’image des autres actifs, les agents territoriaux et hospitaliers risquent d’être tentés de partir encore plus tard pour toucher une retraite sans décote.

A lire également :

Révision rétroactive possible pour les retraites des fonctionnaires d’Etat