Les Français ont une bonne connaissance du système de retraite

Par Jean-Philippe Dubosc
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Contre toutes attentes, 60% des citoyens ont une perception globalement juste des régimes de retraite, de leurs droits et de la loi Woerth de 2010. En cas de nouvelle réforme, ils rejettent massivement le gel des pensions.

retraite, regime

 

Contrairement aux idées reçues, nos compatriotes connaissent assez bien le système de retraite français. C’est ce qui ressort d’une étude dirigée par deux chercheurs du CNRS, Luc Arrondel et André Masson, et initiée par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), le gestionnaire délégué des régimes de retraite des fonctionnaires. Quelque 2.776 personnes âgées de 18 ans et plus ont répondu à un questionnaire envoyé et traité par TNS Sofres.
Premier enseignement : 60% des sondés ont répondu correctement aux 150 questions qui portaient notamment sur le système de retraite, les droits personnels à la retraite et la réforme de 2010. Sur ce dernier point, les Français semblent particulièrement bien informés. 87% déclarent, à raison, que la loi Woerth a « augmenté l’âge de départ à la retraite » (l’âge de départ a été reculé de 60 à 62 ans).

Confusion entre les réformes

En revanche, 79% pensent que la réforme de 2010 a conduit à « l’augmentation du nombre de trimestres à taux plein ». En réalité, c’est la loi Fillon de 2003 qui a instauré un allongement progressif de la durée de cotisation pour atteindre 166 trimestres pour la génération de 1955. La proximité dans le temps entre ces deux réformes peut expliquer la confusion.
La perception de la différence pour les salariés du secteur privé entre le régime général en annuités (Cnav) et les régimes complémentaires en points (Agirc et Arrco) apparaît tout aussi floue : 27% des personnes interrogées répondent correctement, 34% oublient la partie complémentaire et 9% la retraite de base. En matière de droits personnels à la retraite, seuls 35% des répondants estiment en avoir une bonne connaissance.
Plus généralement, 62% des Français déclarent ne pas savoir comment se calcule leur pension. Pire : 49% avouent ignorer leurs droits à la retraite. Cette méconnaissance s’estompe, toutefois, avec l’âge : plus de la moitié des 50 ans et plus répondent avoir une bonne connaissance de leurs droits à pension, contre 27% des quadragénaires et 15% des trentenaires.

Le RIS joue son rôle

A cet égard, le relevé de situation individuelle (RIS), envoyé à tous les cotisants à partir de 35 ans puis tous les cinq ans, semble jouer son rôle. 51% des répondants ayant reçu leur RIS disent avoir une bonne connaissance de leurs droits alors qu’ils sont seulement 23% dans ce cas chez ceux ne l’ayant pas encore reçu. Preuve de l’efficacité de ce dispositif instauré par la loi Fillon : à peine un tiers des personnes ayant consulté leur RIS cherchent ensuite des informations complémentaires.
Par ailleurs, « les fonctionnaires tendent à mieux identifier leurs droits et les inactifs à moins bien les connaître que les salariés et les indépendants », constatent les deux chercheurs. L’étude montre également que les femmes semblent en général moins bien informées sur leurs droits, mais aussi sur le système de retraite et la réforme de 2010. Enfin, « le niveau de connaissance s’améliore globalement avec le niveau de revenu et le niveau de patrimoine des individus. De la même manière, les personnes qui ont fait des études initiales plus longues tendent à avoir un niveau de connaissance plus élevé que les autres », observent les auteurs.
Forte opposition aux non-revalorisations
L’avenir apparaît sombre aux Français. 74% des individus interrogés se déclarent inquiets voire très inquiets sur le devenir du système des retraites. 80% s’attendent, du coup, à une réforme dans les années à venir (83% chez les actifs, 73% chez les retraités). 57% des Français seraient prêts à un allongement de la durée de cotisations, 37% à un nouveau recul de l’âge de départ et 30% à une hausse des cotisations. Seuls 12% des sondés accepteraient un gel des revalorisations des pensions. Les retraités constituent logiquement les plus farouches opposants à cette mesure (93%, contre 84% chez les jeunes).

 

Sur le même thème, consultez l’article : Les Français résignés à cotiser plus longtemps à la retraite

ARTICLES CONNEXES
Menu