Les jeunes, pessimistes pour leur retraite, comptent sur leur épargne


Contrairement à leurs aînés, les Français âgés de moins de 35 ans veulent agir individuellement pour financer leur retraite. Très préoccupés par le montant de leur pension, ils comptent sur leur épargne pour maintenir leur pouvoir d'achat.  

Les jeunes sont les plus inquiets pour leur retraite

Pour financer leur retraite, les jeunes veulent se prendre en main. Seulement 43% des moins de 35 ans estiment qu’ils disposeront de ressources suffisantes pour vivre correctement une fois à la retraite, selon une étude de l’institut CSA pour le Cercle des Epargnants présentée jeudi 7 avril 2016. Une préoccupation plus marquée que chez leurs aînés, qui pensent à une courte majorité (51%) pouvoir maintenir un niveau de vie satisfaisant à la fin de leur période d’activité.

Tandis que 57% des moins de 35 ans citent les retraites comme financement prioritaire des prochaines années (49% en 2015), la solution mise en avant par cette population est avant tout individuelle. Plus d’un jeune sur quatre (28%) entend ainsi épargner régulièrement sur un produit dédié à la retraite pour combler la baisse de pouvoir d’achat future. Un pourcentage qui chute à 19% pour les 50 ans et plus et à 17% pour les 35-49 ans. « Il y a une prise de conscience des jeunes actifs sur la nécessité d’épargner, indique la directrice du Pôle banque finance assurance Estelle Thomas. Mais aussi sur la possibilité de le faire. » A l’inverse, les Français plus âgés comptent sur un effort collectif, passant notamment par le recul de l’âge légal de départ à la retraite pour maintenir le niveau de leur pension, à 29% pour les 35-49 ans et 27% pour les seniors contre seulement 20% des moins de 35 ans. L’allongement de la durée de cotisation est également plus fréquemment cité parmi les plus anciens, à respectivement 12 et 8% pour les 35-49 ans et les plus de 50 ans, contre 6% pour les jeunes actifs.

Un patrimoine limité

Si les actifs de moins de 35 ans affichent une réelle préoccupation quant à leur avenir, c’est également en raison de leur patrimoine financier très limité. Dans 69% des cas, ils avouent détenir une réserve d’argent inférieure 7.500 euros, seulement 7% d’entre eux disposant d’un patrimoine hors immobilier supérieur à 50.000 euros. En comparaison, ce taux grimpe à 26% pour les plus de 50 ans.

Pour se constituer une réserve de pouvoir d’achat, les plus jeunes favorisent les livrets bancaires, totalement liquides mais peu rémunérateurs. Près de quatre sondés de moins de 35 ans sur dix (38%) citent ce produit d’épargne comme la meilleure solution, devant l’épargne logement (30%) et l’assurance vie (22%). Ce classement est bien différent pour leurs aînés puisqu’ils plébiscitent l’assurance vie à 46% pour les 35-49 ans et 44% pour les plus de 50 ans, les plans et comptes épargne logement (PEL et CEL) recueillant 33 et 23% des votes, devant les livrets bancaires (23 et 19%). Malgré la prise de conscience de l’importance d’une épargne dédiée à la retraite, les produits tels que le plan d’épargne retraite populaire (Perp), les contrats Madelin, Corem et Préfon-Retraite ne sont évoqués que par 3% des jeunes actifs. Ainsi seulement 1% d’entre eux ont ouvert un Perp, les autres solutions d’épargne dédiées à la retraite n’étant activées que par 4% des moins de 35 ans.

Pour aller plus loin sur l’épargne retraite
Epargne retraite : ce que l’on sait du nouveau déblocage anticipé du Perp