Les Perp moins performants que l’assurance vie en 2012


Le rendement des plans d’épargne retraite populaires (Perp) augmente mais reste inférieur à celui de l’assurance vie, leur grand concurrent. Selon une étude de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) parue le 3 juillet 2013, le taux de revalorisation des fonds en euros des Perp a légèrement progressé, passant de 2,56% en 2011 à 2,66% en 2012. Celui des fonds en euros des contrats d’assurance vie a baissé dans le même temps pour se situer, toutefois, à 2,90% en 2012, d’après la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA). Cette moindre performance des Perp vis-à-vis de l’assurance vie est due au cantonnement des actifs de chaque Perp contraint par la loi qui entraîne une gestion moins dynamique et des frais de gestion plus importants.

Contrairement aux produits d’épargne retraite collective (article 39, article 83…), le marché du Perp est largement dominé par les bancassureurs. Toujours selon l’ACP, ces derniers représentent 68,7% des 6 milliards d’euros d’encours, contre 30,8% détenus par les sociétés d’assurance et 0,5% par les mutuelles d’assurance. Or, ce sont justement dans les réseaux bancaires que les Perp sont les moins performants. Le taux de revalorisation moyen de ces produits d’épargne offrant une rente viagère à la retraite s’est élevé à 2,45% en 2012 (2,41% en 2011) chez les bancassureurs. Chez les assureurs, le rendement a atteint 3,12% en 2012 (2,93% en 2011). Mais ce sont les Perp commercialisés par les mutuelles qui s’avèrent les plus dynamiques avec un taux de 3,40% en 2012 (3,15% en 2011).

Preuve supplémentaire que les banques ne souhaitent pas mettre en avant ce produit « tunnel » (le capital est bloqué jusqu’à la retraite), estimant qu’il ne répond pas au souhait de leur client de disposer d’une épargne « liquide », le taux de revalorisation des Perp « fermés », n’acceptant pas d’affaires nouvelles, est supérieur à celui des contrats « ouverts » (2,77% contre 2,65%). En clair : les vieux contrats sont en moyenne plus performants que les nouveaux.

 

A lire aussi :

Les assureurs s’inquiètent du faible poids de la retraite par capitalisation en France