Les retards de retraites en passe d’être résorbés dans le Nord


Selon un communiqué de la Carsat de Nord-Picardie, le traitement des demandes de retraite devrait revenir bientôt revenir à la normale.

carsat-nord-picardie

Tous les nouveaux retraités de Nord-Picardie devraient pouvoir prochainement percevoir leur pension. Selon un communiqué de la Caisse d’assurance retraite et de santé au travail (Carsat) de la région publié le 25 mars 2015, près de 3.000 dossiers de retraite en retard ont été traités en une vingtaine de jours. « La trajectoire d’un retour à la normale sur la gestion des flux de demandes est en ligne de mire », assure Francis de Block, le directeur général de la caisse nommé le 2 mars dernier.

Pour autant, les efforts ne sont pas relâchés. Bien au contraire : 24 recrutements d’agents en CDI sont programmés. « Des « formations-actions » permettront à ces nouveaux collaborateurs d’être rapidement opérationnels sur le terrain », souligne Francis de Block. En attendant, 11 CDD ont été intégrés depuis le 1er avril.

Agences ouvertes par rotation

Par ailleurs, depuis le 9 mars, le réseau des agences est ouvert par rotation. « Quand une agence est ouverte pour recevoir les assurés sur rendez-vous, l’agence voisine reçoit les assurés n’ayant pas de rendez-vous et la troisième du territoire est fermée pour traiter les dossiers. Ainsi, dans chaque département, il y a en permanence une agence ouverte », explique le DG de la Carsat Nord-Picardie.

Enfin, des dossiers continuent à être transférés vers des caisses moins débordées et le 3646, le numéro d’appel destiné aux retraités en difficulté, est maintenu. En deux semaines, 770 assurés ont été pris en charge via la plateforme téléphonique. « Si le dossier ne peut pas être finalisé dans les 72 heures, l’aide de 800 euros leur est versée conformément aux dispositions annoncées par madame Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales », précise Francis de Block. Instaurée le 18 décembre, cette aide exceptionnelle a été reconduite, comme l’avait annoncé François Hollande, jusqu’à ce que le problème des retards soit réglé.

 

Rapport de l’Igas

Pour rappel, la Carsat de Nord-Picardie fait face à un afflux de nouveaux retraités depuis un an. Outre le papy-boom, cette caisse, implantée dans une région industrielle, doit composer avec l’extension du dispositif de retraite anticipée pour carrière longue suite au décret signé le 2 juillet 2012 par François Hollande. Les actifs qui ont commencé à travailler à 20 ans (au lieu de 16 ou 17 ans auparavant) peuvent désormais partir à la retraite plus tôt s’ils disposent de tous leurs trimestres. Or, c’est le cas de beaucoup d’ouvriers.

Fin novembre 2014, la Carsat de Nord-Picardie comptabilisait, avec la Carsat du Languedoc-Roussillon également en difficulté, 12.000 dossiers de retard. Marisol Touraine a diligenté une mission de contrôle auprès de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) pour « comprendre les dysfonctionnements qui ont mené à cette situation et dégager les éventuelles responsabilités ». Les conclusions du rapport devraient être connues prochainement.

 

A lire également :

Retraites agricoles : 40.000 liquidations en retard en Languedoc ?