Les retraites complémentaires des indépendants pourraient baisser


Si la crise économique perdure et compte tenu de la baisse des rendements, le montant des pensions complémentaires des artisans et des commerçants pourraient reculer de 10% d'ici 2035, selon les projections de leur caisse de retraite.

des artisans dans un atelier

 

Si la situation économique ne s’améliore pas, le montant des pensions complémentaires des artisans et des commerçants pourrait baisser de 10% à l’horizon 2035. Ce scénario extrême figure dans le « bilan d’entrée » du régime complémentaire des indépendants (RCI) publié le 7 novembre 2013 par le Régime social des indépendants (RSI), la caisse de retraite des artisans, des commerçants et des chefs d’entreprise.

Issu de la fusion du Régime complémentaire obligatoire des artisans (RCO artisans) et du Nouveau régime complémentaire obligatoire commerçants (NRCO commerçants), le RCI prend en charge depuis le 1er janvier 2013 l’ensemble des droits de retraite complémentaire des indépendants. Moins d’un an après sa mise en place, le RSI qui le gère a décidé de dresser un premier bilan et surtout, d’imaginer les perspectives financières à venir du régime.

De solides réserves

Or, si rien ne bouge, elles sont plutôt moroses. Suite à la fusion, les commerçants ont subi une baisse de rendement de 0,4 point (la NRCO a servi un taux de 7,2% entre 2004 et 2012, contre 6,8% pour le RCI en 2013). Les artisans, eux, y ont légèrement gagné (le rendement de la RCO artisans s’est élevé à 6,6% entre 2004 et 2012). Surtout, la crise a provoqué une chute du chiffres d’affaires des indépendants et donc des cotisations vieillesse assises sur leurs revenus professionnels.

En l’absence de reprise économique, « la pension moyenne servie aux retraités de droits directs (hors réversion, NDLR) devrait avoir reculé d’environ -10% à l’horizon 2035 », estime le RSI. Aujourd’hui, la pension complémentaire des artisans se situe à 130 euros bruts par mois et celle des commerçants à 110 euros bruts par mois, ces derniers ayant disposé d’un régime complémentaire plus tardivement. La bonne nouvelle, en revanche, est que même en s’appuyant sur le scénario le plus noir, les réserves du RCI devraient rester positives jusqu’en 2042 et ne pas être épuisées avant 2056. Ce qui, on l’espère tous, laisse du temps à l’activité économique de repartir…

 

A lire aussi :

Réforme des retraites 2013 : ce qui va changer pour les indépendants