Les salariés retraités ont perdu du pouvoir d'achat entre 2009 et 2014

Partagez

Les montants des pensions complémentaires Arrco et Agirc ont reculé de 0,10% et de 0,49% entre 2009 et 2014, déduction faite de l'inflation. Un repli qui n'a pas été compensé par la quasi-stagnation des retraites de base.

 

En prenant en compte l'inflation, le pouvoir d'achat des salariés à la retraite a baissé entre 2009 et 2014

 

Si les salariés à la retraite éprouvent des difficultés à boucler leur fin de mois, ce n'est pas un hasard. La dernière enquête de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des Affaires sociales parue le 28 avril 2016 et qui porte sur les données de 2014 montre que ce public a perdu ces dernières années en pouvoir d'achat.

En euros constants, c'est-à-dire en prenant en compte l'inflation, le montant des pensions complémentaires Arrco versées à l'ensemble des salariés a reculé de 0,10% entre 2009 et 2014. Sur la même période, la baisse a même atteint 0,49% pour les pensions complémentaires Agirc servies aux seuls cadres. Or, toujours entre 2009 et 2014, les pensions de base, qui représentent en moyenne 70% de la retraite totale des non cadres et 40% de celle des cadres, ont progressé d'à peine 0,01% en euros constants.

Effet de l'avant-dernier accord Agirc-Arrco

En d'autres termes, si les non cadres ont vu leur pouvoir d'achat reculer de seulement 0,02% en l'espace de 5 ans, celui des cadres s'est lui replié de 0,34%. Ce phénomène résulte en partie de l'accord Agirc-Arrco du 13 mars 2013 qui, en vue de réaliser des économies pour résorber les déficits des deux régimes, a notamment instauré une sous-indexation des retraites complémentaires en 2013 et en 2014. Pour la seule année 2014, le montant des pensions Arrco et Agirc a ainsi baissé de 0,07% en euros constants.

Par ailleurs, la réforme Touraine a reporté, à compter de 2014, la date de l'indexation annuelle des pensions de base par rapport à l'inflation du 1er avril au 1er octobre, ce qui a provoqué cette année-là un gel des retraites de base durant six mois. En outre, compte tenu notamment de la faible hausse des prix, la revalorisation a été nulle au 1er octobre 2014. Du coup, les pensions de base ont également reculé de 0,07% en euros constants en 2014.

Un meilleur traitement pour les fonctionnaires et les indépendants

Entre 2009 et 2014, les fonctionnaires retraités ont été mieux lotis puisque leurs pensions ont augmenté de 0,01% en euros constants. Les indépendants ont été encore plus avantagés. Si leur retraite de base a également progressé de 0,01% en euros constants durant cette période, la pension complémentaire des commerçants et celle des artisans ont connu des hausses respectives de 0,04% et 0,05% en euros constants. A noter : l'étude de la Drees n'aborde pas la retraite des professions libérales (médecins, avocats, notaires, experts-comptables...).

A lire également :

La retraite des hommes et des femmes : le jeu des 7 différences

 

articles les plus lus

1. Comment calculer sa retraite ?
2. Peut-on cumuler une pension de retraite et une prestation sociale ?
3. Retraite : les taux des cotisations des salariés
 

Réseaux Sociaux