Les sénateurs encouragent les médecins retraités à travailler


 

Pour résoudre le problème des déserts médicaux, les sénateurs ont décidé d’inciter les médecins à la retraite à reprendre du service. Un amendement, défendu par des élus UMP, a été adopté le 13 novembre 2014 au Sénat dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2015 en vue de rendre le cumul emploi-retraite plus avantageux pour les praticiens retraités. Le document vise à instaurer un abattement sur les cotisations vieillesse payées par les médecins « cumulards ».

Lorsqu’il reprend son activité, le retraité cotise à son régime de retraite mais sans que ces contributions ne lui génèrent de nouveaux droits. « Beaucoup de médecins sont freinés par le paiement de cotisations n’ouvrant pas droit à prestations », constate l’exposé des motifs de l’amendement. D’où l’idée d’exonérer partiellement du versement des cotisations vieillesse les médecins en cumul emploi-retraite.

« Il y a aujourd’hui 10.578 médecins retraités, âgés de 65 à 70 ans, sans activité, qui pourraient ainsi participer à l’offre de soins », estime l’exposé des motifs. Cette mesure n’est pas nouvelle. Elle a été plusieurs fois proposée dans le passé mais rejetée à chaque fois. Cette fois-ci, la disposition a passé le barrage du Sénat. Pas sûr, en revanche, qu’elle soit votée in fine par les députés.

 

A lire aussi :

Plus de 17% des médecins retraités continuent de travailler

La mensualisation de la retraite des médecins officialisée