Maisons de retraite : première version « light » du comparateur public de tarifs


Le gouvernement a lancé jeudi 4 juin 2015 le portail d'information sur la vieillesse Pourlespersonnesagees.gouv.fr. Ce site officiel propose un calculateur du reste à charge du coût d'hébergement en maison de retraite qui devrait être remplacé en 2016 par un véritable comparateur de prix.    

Le portail officiel d'information sur la vieillesse Pourlespersonnesagee.gouv.fr, lancé le 4 juin 2015, propose un calculateur de reste à charge du coût mensuel d'un Ehpad

Les Français vont devoir encore patienter avant de pouvoir comparer les tarifs des maisons de retraite sur Internet. Annoncé pour début mai 2015 par la secrétaire d’Etat à la Famille, aux Personnes âgées et à l’Autonomie Laurence Rossignol, le comparateur public des maisons de retraite ne sera finalement pas disponible avant 2016.

Un « calculateur du reste à charge » a bien été intégré dans le nouveau portail officiel d’information Pourlespersonnesagees.gouv.fr, lancé le 4 juin par la secrétaire d’Etat et la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, mais on est loin du simulateur de prix prévu dans le projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, voté au printemps dernier en première lecture.

APA et GIR

Pour utiliser le calculateur, l’internaute doit d’abord téléphoner à l’établissement susceptible de l’intéresser pour connaître ses tarifs. Il doit ensuite mentionner ses différents revenus afin de déterminer le montant de l’aide personnalisée d’autonomie (APA) en établissement (différent de l’APA à domicile) auquel il a droit. Puis, il lui faut renseigner son groupe iso-ressources (GIR) qui indique son niveau de dépendance (de GIR 6 pour une personne autonome à GIR 1 pour une personne totalement dépendante). Le niveau de GIR est fixé par un professionnel qui vient au domicile de la personne.

Une fois toutes ces données entrées, une estimation du « reste à charge » mensuel, c’est-à-dire la somme restante à payer tous les mois, est fournie à l’internaute. L’opération doit être répétée pour chaque établissement sélectionné. Le portail Pourlespersonnesagees.gouv.fr propose un annuaire de 10.000 structures médicalisées – dont 7.000 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) privés, publics et associatifs – réparties sur tout le territoire, comportant toutes leurs coordonnées. L’internaute n’a donc pas à chercher le numéro de téléphone des établissements. Mieux : grâce à la géolocalisation, il peut facilement visualiser les plus proches.

Socle minimum

Il n’empêche, la manœuvre demeure fastidieuse. Surtout, se pose la question du tarif annoncé par l’établissement. C’est d’ailleurs le nœud du problème qui explique le retard pris dans le déploiement du comparateur public. « Il faut pouvoir comparer ce qui est comparable », a souligné Laurence Rossignol lors de la présentation à la presse du portail Pourlespersonnesagees.gouv.fr. Or, la grille de tarification varie beaucoup d’un établissement à un autre.

Des groupes de travail planchent depuis des mois pour définir les prestations et donc les tarifs de base que doivent proposer tous les Ehpad. Ce sont les prix pour ce socle minimum de services que le simulateur permettra, à terme, de comparer. Il sera défini lors de l’examen en seconde lecture du projet de loi sur le vieillissement. Laurence Rossignol a confirmé que les mesures introduites par le texte, dont le fameux comparateur public, devraient entrer en vigueur au 1er janvier 2016.

 

A lire également :

Des écarts de prix importants entre les maisons de retraite privées