Marine Le Pen propose la retraite à 60 ans et le taux plein à 40 ans de cotisation


Dans son programme présidentiel, Marine Le Pen, candidate du FN, prévoit de revenir au principe des 40 annuités de cotisation pour bénéficier d'une pension à taux plein et de ramener progressivement l'âge légal de départ en retraite à 60 ans. Elle a récemment confirmé ces deux propositions sans toutefois chiffrer leur coût.

retraite, marine, le, pen, fn, front, national, age, depart, taux, plein, 60, ans

Après François Hollande qui propose le retour de la retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé tôt et ont tous leurs trimestres (41 ans), Jean-Luc Mélenchon qui souhaite le départ à taux plein à 60 ans pour tous, Marine Le Pen a fait connaître sa position sur les retraites. Elle se prononce ainsi elle aussi en faveur d’un retour de l’âge légal de départ à 60 ans mais diverge sur le taux plein, prônant une retraite sans décote avec 40 annuités de cotisation.

Soulignant que le système de retraites doit « reposer sur la solidarité entre générations et assurer un niveau suffisant pour vivre sans un complément de retraite par capitalisation », Marine Le Pen, dans son projet présidentiel estime que « l’objectif doit être fixé de revenir le plus rapidement possible au principe de 40 annuités de cotisation pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein. L’âge légal sera progressivement ramené à 60 ans ».

Pour ceux qui ont commencé leur carrière jeunes, elle conserve le principe d’un départ anticipé. Ainsi « des négociations par branche et par secteur détermineront les modalités d’une possible dérogation à cette règle des 60 ans », précise-t-elle dans son programme.

Sans donner précisément le coût de ces dispositions, elle indique que l’assiette actuelle de financement reposant sur les revenus du travail « est trop étroite » et pèse sur la compétitivité. Elle estime donc qu’il faut « élargir cette assiette aux revenus du capital pour financer notamment l’ensemble des prestations qui relèvent du principe de solidarité nationale et non du principe d’assurance : minimum vieillesse, bonifications pour enfants, cotisations du salaire parental, etc. ». Selon elle, le « déséquilibre du système de retraites est en outre lié à un déséquilibre démographique provisoire ».

Enfin, la candidate du Front national aborde la question de la prise en charge collective de la dépendance des seniors. Elle souhaite créer « une cinquième branche du régime général de sécurité sociale » dédiée à cette question, « sans que le système ne repose sur des mécanismes assurantiels privés ».