Montant, âge de départ… les fonctionnaires inquiets pour leur retraite


Les agents de la fonction publique sont majoritairement inquiets pour leur retraite, selon le baromètre Préfon de décembre 2015. S'estimant mal informés sur leurs droits, six fonctionnaires sur dix affirment ne pas connaître le montant de leur future pension.  

Les fonctionnaires sont inquiets sur leur retraite

Les fonctionnaires ont peur de l’avenir. Six agents de la fonction publique sur dix se disent inquiets à l’évocation de leur futur et de leur passage à la retraite selon le dernier baromètre Préfon publié le 28 décembre 2015.

Cette étude, menée entre le 10 novembre et le 7 décembre 2015, fait ressortir une grande angoisse parmi les 1.426 fonctionnaires interrogés. « Les bouleversements de la fonction publique (réforme territoriale) et l’allongement possible de l’âge du départ à la retraite pèsent sur le moral des agents. Ils nous montrent qu’ils sont anxieux et désarçonnés sur la question de la retraite, notamment les plus jeunes », avance le directeur général de la Caisse nationale de prévoyance de la fonction publique, Christian Carrega.

Ainsi, 60% des sondés s’estiment plutôt inquiets (47,6%), voire très inquiets (12,4%) quant à la fin de leur période d’activité. Une crainte à mettre en partie sur le compte du manque de préparation dont pâtissent les principaux intéressés, 58,2% d’entre eux se déclarant insuffisamment ou très insuffisamment informés. Les moins de 35 ans (72%) et les 35-49 ans (66%) se montrent les plus critiques à ce sujet.

Incertitude sur le montant de la retraite

Preuve du malaise ressenti par les agents de la fonction publique, seules 20% des personnes interrogées affirment connaître le montant de leur retraite, tandis que 59,2% d’entre elles indiquent ne pas avoir d’idée précise sur leur pension. Et si 55% des plus de 50 ans disent être au courant du montant de leur retraite, « les catégories les plus jeunes 35-49 et moins de 35 ans confessent être les moins avisées : respectivement 85 % et 92 % ne savent pas la rémunération qu’ils recevront à la retraite », souligne l’étude. Cette inquiétude se retrouve également dans les estimations des fonctionnaires quant à leur future pension : un sur cinq (19%) envisage toucher moins de la moitié de sa rémunération actuelle, 31% des sondés pariant sur un taux de remplacement (ratio entre la retraite perçue et le dernier salaire) de 60% tandis que 22% des sondés anticipent qu’ils vont toucher environ 70% de leur rémunération à la retraite.

Par ailleurs, 27% des sondés ne savent pas à quel âge ils pourront liquider leurs droits à la retraite. Une nouvelle fois, les plus de 50 ans sont davantage sensibilisés à cette problématique (84%) que les plus jeunes, dont plus des deux tiers (69%) ne connaissent pas leur âge de départ à la retraite.

Pour un alignement sur les règles du privé

Autre enseignement de l’enquête, plus d’un fonctionnaire sur trois (34,1%) se dit favorable à une réforme des retraites passant par un alignement des règles du public sur celles des régimes privés. Cette mesure aboutirait à se baser sur les 25 meilleures années de salaire pour le calcul de la pension, contre les 6 derniers mois dans le public. Une harmonisation bénéfique pour les agents de la fonction publique, selon une étude du Conseil d’orientation des retraites (COR) diffusée en septembre 2015, puisqu’à rémunération identique, un fonctionnaire toucherait une pension supérieure de 2,4% dans le privé.