Nouveau record pour le chômage des seniors en septembre 2014


Les actifs de plus de 50 ans ont encore pâti de la hausse du chômage en septembre 2014. Sur un mois, leur nombre augmente de 1% à 802.400 demandeurs d'emplois, contre une augmentation de 0,6% sur l'ensemble de la population. Sur une année, les effectifs de seniors chômeurs ont grimpé de 11,1%.

Chômage et Pôle Emploi

Les Français de plus de 50 ans sont les grands perdants de la hausse du chômage en septembre 2014. Les chiffres publiés par la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) vendredi 24 octobre sont en effet implacables pour les seniors. Parmi ces derniers, 802.400 sont désormais inscrits à Pôle Emploi en tant que chômeurs de catégorie A. Les effectifs de demandeurs d’emploi seniors augmentent ainsi de 1% sur un mois, après une relative stabilité au mois d’août (+0,1% à 794.600 chômeurs). Sur une année, il explose de 11,1% contre une hausse de 3,3% pour les 25-49 ans et un recul de 1,1% pour les moins de 25 ans.

Le chômage des moins de 25 ans s’affiche en hausse de 0,4% à 540.100 inscrits à Pôle Emploi, celui des actifs âgés de 25 à 49 ans remontant de 0,5% à 2,09 millions, après la baisse du chômage observée en août sur ces deux tranches d’âges. Toutes classes d’âges confondues, le nombre de sans-emplois augmente de 0,6%, soit 19.200, pour un total de 3,432 millions chômeurs.

+11,2% sur un an pour les catégories A, B et C

Concernant les effectifs totaux de demandeurs d’emplois recensés par Pôle Emploi, le constat est malheureusement identique. En cumulant les catégories A, B et (en activité réduite courte ou longue), le chômage grimpe de 11,2% sur un an. En comparaison, les 25-49 ans souffrent subissent une hausse du chômage moindre (+5,1%), les moins de 25 ans étant plus faiblement affectés sur les 12 derniers mois (+1%).

« Le relèvement progressif de l’âge minimal d’éligibilité à la dispense de recherche d’emploi (DRE) à compter de janvier 2009, puis la fermeture complète du dispositif depuis le 1er janvier 2012, combinés au relèvement de l’âge légal de départ en retraite suite à la réforme des retraites de 2010, ont contribué sensiblement à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi de 50 ans ou plus enregistrés sur les listes de Pôle emploi », analyse le ministère du Travail sur son site internet.

Seule bonne nouvelle, la durée d’ancienneté des chômeurs inscrits à Pôle Emploi recule légèrement. Les seniors doivent désormais attendre 502 jours pour retrouver un emploi contre 513 en août dernier. Par rapport à septembre 2013, l’évolution reste inquiétante puisque l’attente nécessaire à cette période était de 465 jours, soit 37 jours de moins. Encore une fois, les chômeurs de 50 ans et plus sont davantage pénalisés sur le marché du travail, la moyenne nationale toutes classes d’âges confondues se fixant à 287 jours.