Peu de régimes appliquent une revalorisation des pensions en 2015


Dans la quasi-totalité des régimes, les retraites ne seront pas augmentées cette année. La faute à une inflation nulle, mais aussi à la recherche d'économies. Parmi les exceptions, on trouve les régimes complémentaires des médecins, des experts-comptables et des artistes.    

Très peu de régimes de retraite revalorisent leurs pensions en 2015

Parmi les retraités, ils seront une infime minorité à voir leurs pensions augmenter en 2015. Tous les ans, les régimes revalorisent les retraites pour prendre en compte la hausse des prix à la consommation et éviter ainsi à leurs pensionnés de perdre en pouvoir d’achat. Las, il y aura très peu d’indexation cette année.

« En raison de l’absence d’inflation en 2015 », les retraites de base seront « stabilisées », indique le programme français de stabilité budgétaire envoyé à la Commission européenne, dévoilé le 15 avril 2015. En clair : elles ne seront pas revalorisées au 1er octobre prochain. Ce gel porte sur l’ensemble des régimes de base.

30 mois de gel des pensions de base

Ainsi, le régime général des salariés du privé (Cnav, Carsat, CGSS), la Mutualité sociale agricole (MSA) pour les salariés et exploitants agricoles, le Service des retraites de l’Etat (SRE) pour les fonctionnaires d’Etat, la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) pour les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers, tous les régimes dits « spéciaux » (EDF, SNCF, RATP, Banque de France, Comédie française…), le Régime social des indépendants (RSI) pour les artisans et commerçants, les 11 régimes de base des professions libérales (médecins, avocats, experts-comptables…) et la Caisse d’assurance vieillesse, invalidité et décès (Cavimac), le régime de base des « membres des cultes », ne vont pas revaloriser leurs pensions au 1er octobre 2015.

Au final, aucun des quelque 16 millions de retraités français ne devraient (sauf coup de pouce surprise du gouvernement) bénéficier d’une indexation de leurs pensions de base en 2015. La dernière revalorisation des retraites de base datant du 1er avril 2013 et sachant que la prochaine n’aura lieu qu’au 1er octobre 2016, cela portera à 30 mois le gel des pensions de base.

Régime sec pour les complémentaires

Du côté des retraites complémentaires, cela n’est guère mieux. Les règles d’indexation du régime complémentaire des indépendants (RCI) et de l’Ircantec, le régime complémentaire des agents non titulaires de la fonction publique, étant alignées sur celles du régime général, ces deux régimes vont appliquer également une revalorisation nulle au 1er octobre.

Mais même lorsque les règles sont différentes et alors que les régimes complémentaires sont gérés de manière autonome, les conseils d’administration ne décident pas pour autant de revaloriser les pensions complémentaires. C’est le cas de l’Arrco (le régime complémentaire des non cadres et des cadres) et de l’Agirc (le régime complémentaire des cadres). Suite à l’accord du 13 mars 2013 destiné à résorber le déficit des deux régimes, les valeurs de service des points n’ont pas été augmentées au 1er avril.

 

+ 0,5% pour les médecins

Pour dégager également des économies, les administrateurs de la Caisse d’assurance vieillesse des officiers ministériels (Cavom), le régime des huissiers, des greffiers et autres administrateurs judiciaires, ainsi que ceux de la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse (Cipav) à laquelle sont affiliés la moitié des libéraux ont décidé de ne pas revaloriser au 1er janvier dernier les retraites complémentaires.

 

Après un bref tour des 35 régimes français de retraites, il semble qu’une poignée de régimes complémentaires indexe leurs pensions cette année. On y trouve la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) dont les retraites complémentaires ont été revalorisées de 0,5% au 1er janvier. Le régime complémentaire de la Caisse d’assurance vieillesse des experts-comptables (Cavec) a appliqué une revalorisation de 0,67% au 1er janvier. Enfin, une indexation de 0,49% a été mise en place au 1er janvier par l’Institution de retraite complémentaire de l’enseignement et de la création (IRCEC), le régime complémentaire des artistes auteurs (écrivains, graphistes, photographes, scénaristes, traducteurs, peintres, sculpteurs, réalisateurs…).

 

A lire également :

Retraites : vers un nouveau mode de revalorisation ?