Plus de 23.000 demandes de retraite encore en retard


Alors qu'une garantie de paiement des retraites sans retard a été instaurée à la rentrée, entre 3% et 4% des dossiers déposés dans les caisses du régime de base des salariés ne seraient toujours pas traités, selon Le Parisien.    

Les affiliés des autres régimes que le régime général ne sont pas concernés par la garantie de paiement des retraites

Le feuilleton des nouveaux retraités sans pension continue. Selon un article publié le 27 octobre 2015 dans Le Parisien, 3% à 4% des demandes de retraite traitées par le régime général, le régime de retraite de base des salariés du privé, accusent un retard. Soit, a calculé le quotidien, quelque 23.700 dossiers en souffrance.

Contactée par Le Parisien, la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) parle, elle, de seulement 8.000 demandes en stock. Ces défaillances résulteraient de raisons diverses « qui ne sont pas toujours le fait de la Cnav », explique le directeur de la caisse Pierre Mayeur.

Un « droit opposable » depuis le 1er septembre

Depuis près de deux ans, des milliers de « néo retraités », notamment en Nord-Picardie et en Languedoc-Roussillon, perçoivent leur pension en retard. Pour éviter ce type de situation qui peut avoir des répercussions financières dramatiques, une garantie de paiement des retraites a été mise en place. Les demandes complètes de retraite effectuées à compter du 1er septembre 2015 donnent automatiquement droit au versement d’une pension quatre mois plus tard.

Problème : cette garantie ne s’applique pas aux demandes déposées avant le 31 août, ce qui doit être le cas de la majorité des dossiers actuellement en souffrance. Par ailleurs, ce « droit opposable à la retraite » ne concerne pas les pensions de réversion de base servies par le régime général aux conjoints survivants, ni les pensions des autres régimes.

Quatre à six mois de retard à la Cipav

L’article du Parisien fait ainsi référence aux affiliés à la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse (Cipav), le régime de retraite de la moitié des professions libérales, qui doivent attendre jusqu’à quatre ans pour toucher leur première pension de base !

A noter : il est prévu que la garantie de paiement des retraite s’applique, au plus tard au 1er janvier 2017, aux assurés de la Mutualité sociale agricole (MSA) salariés, le régime de base des salariés agricoles, et du Régime social des indépendants (RSI), le régime de retraite des artisans et des commerçants.